Que faire des Cons ?, de Maxime Rovere

Essai Pour ne pas en rester un soi-même

Aujourd’hui je vous recommande la lecture d’un essai philosophique écrit par Maxime Rovere : Que faire des cons ?, publié chez Flammarion cette année. Ayant pour sous-titre « pour ne pas en rester un soi-même ». Un livre, deux effets. Bref, une lecture très utile par les temps qui courent. Drôle et intelligente !

Les cons, un sujet universel

Le titre du livre est clairement incitatif. Quelques mots de l’auteur en interview ont fini de me donner envie de me plonger dedans.
Les cons, un fléau universel qui traverse les époques et donc nous souffrons tous. Avouez qu’en vous énonçant le titre du livre, vous ressentez un intérêt non négligeable pour le sujet car comme disais Frédéric Dard, un autre grand philosophe, dans les pensées de San Antonio :  » Le règne du con est arrivé depuis si longtemps qu’il ne cessera qu’avec l’espèce. « 

Comme l’explique l’auteur dans son préambule, les philosophes se sont plus attardés sur l’intelligence et moins sur la bêtise. Pourtant l’opinion, les préjugés, l’orgueil, la superstition, l’intolérance, les passions, le dogmatisme, le pédantisme, le nihilisme sont bel et bien là traversant les époques. Les cons s’obstinent et pour vivre avec l’un d’eux en colocation, l’auteur a eu envie de trouver une solution pour vivre avec. Mais aussi pour ne pas en devenir un ou en rester un. Car vous l’avez certainement expérimenté mais face à un con, nous avons tendance perdre notre capacité d’analyse, adopter son langage, entrer dans son jeu, bref à devenir con…

théorie de la relativité du con

Avant de d’esquisser son raisonnement et des solutions, Maxime Rovere précise la relativité de la notion de connerie : on est tous le con de quelqu’un et chacun a son con. En fait, dès que nous avons un problème avec un con, c’est que nous en sommes un. Chacun a ses limites… Et je ne vous juge pas en acceptant ce principe de Maxime Rovere. J’admets ma propre connerie…
Et afin de ne pas rester trop con, j’ai eu envie de tenter la proposition de l’auteur : lire ce livre non pas je cite pour devenir meilleure que les cons mais devenir meilleure que moi-même !

Un Fléau endémique

Dans le même état d’esprit, le philosophe s’interdit de dresser une définition, une typologie des cons, les formes de la connerie étant en nombre infini, ce recensement serait un peu con. Il préfère s’intéresser à la grande question : pourquoi les cons nous submergent et finissent par répandre leur connerie en nous ?
En 200 pages, l’auteur tente de répondre à ces questions existentielles : comment on tombe dans les filets des cons, comment se remettre de sa stupeur, comment l’impuissance engendre le devoir, comment écouter un con, pourquoi la menace est une forme de soumission, pourquoi les cons gouvernent, se multiplient et gagnent toujours ? Plus qu’un livre de développement personnel, cet ouvrage représente un essai philosophique passionnant, une vision systémique du con et des moyens de les appréhender. Maxime Rovere, écrivain et historien de la philosophie, professeur, est l’un des spécialistes de Spinoza. Il a d’ailleurs publié chez Flammarion en 2017 Le clan Spinoza.

la philo pour les nuls

Je ne vais pas me permettre de vous donner des clefs dans cette chronique. Vous comprendrez qu’il est bien impossible (voire con) de résumer ou interpréter les 200 pages passionnantes de ce philosophe, en quelques lignes. Je peux en revanche vous recommander sa lecture. D’abord, inutile d’être diplômé en philosophie pour l’aborder, l’auteur utilise un langage simple et explique parfaitement les concepts. Ensuite, ce livre n’est pas l’œuvre d’un intellectuel prétentieux. C’est vrai que le titre, un jugement en soi, pouvait faire craindre la leçon d’un être qui se prétend supérieur. Sauf que Maxime Rovere nous éclaire sur toutes les conneries, celle des autres, la sienne et la notre avec humour, humilité et bienveillance.

Son essai permet de prendre le recul nécessaire pour activer un détecteur de cons et nous apprendre à nous en défaire. Retrouver une certaine liberté, hauteur face à ce phénomène qui ronge l’humanité depuis des siècles. Les cons existeront toujours. Nous ne sommes pas obligés d’en faire partie !

Prendre de la hauteur

Je ne vous dis pas qu’après la lecture du livre, je suis devenue définitivement intelligente (ce serait un peu con). Mais j’y ai trouvé quelques clefs, ouvert quelques portes vers une plus grande sérénité, une certaine liberté. J’y travaille. Dans la vie, les années passant, deux options se profilent en général : devenir plus sage, prendre de la hauteur ou rester coincé dans ses principes et des mécanismes d’autodéfense ou de réactions très cons. Comme j’essaye depuis quelques années déjà la première solution, j’admets que ce livre est très utile. Et je le garde précieusement, pour en relire des chapitres, comme des piqûres de rappel anti-connerie. Je précise que je ne l’offrirai pas à quelques cons pour les aider. Car comme le dit l’auteur : « Renoncez aux jeux de langage, ils ne veulent pas comprendre ». Je suis déjà devenue un peu moins con, non ? Merci Maxime Rovere !

Que faire des Cons ? Pour ne pas en rester un soi-même, de Maxime Rovere, Editions Flammarion, 210 pages, 12 €.

La théorie de la relativité

Ou comment positiver quand rien ne se déroule comme prévu !

La dernière semaine d’août, je suis partie avec les enfants en vacances chez mon oncle et ma tante au Lavandou dans le Sud-Est de la France. Ayant travaillé tout l’été, ces quelques jours étaient les seuls que nous allions passer ensemble. Nous nous en réjouissions. Mais tout ne s’est pas déroulé comme prévu… Quelques péripéties qui ont rendues ces vacances inoubliables et nous ont fait un bien fou ! Grâce à la théorie de la relativité.

Vacances en famille au Lavandou
Sans voiture mais en bateau !

À l’aller d’abord, nous sommes tombés en panne de voiture. Nous avons donc enchaîné avec le combo remorquage, taxi, garage, vacances sans voiture. J’ai relativisé car cette voiture tombe en panne 4 fois par an. Les premières fois, j’étais contrariée par la logistique et les frais. J’ai regretté d’avoir acheté cette voiture. Mais la multiplication des pannes a provoqué un lâcher-prise chez moi bien appréciable. Je suis en panne mais ce n’est pas grave, je l’emmène chez un garagiste et je paye la facture comme je paye mon loyer. C’est comme ça, inutile de ruminer. Et le reste de la semaine a été idyllique comme prévu : que des bons moments avec ma tante et mon oncle, le soleil, la mer et les superbes paysages. Nous n’avions pas de voiture mais on sortait en bateau pour des baignades dans une eau cristalline… De quoi bien relativiser la panne de voiture !

La veille de notre départ, nous récupérons la voiture mais nous ne sommes finalement pas partis… Violette souffrait de maux de ventre qui se sont intensifiés. Nous avons donc cette fois vécu le combo SOS médecins, Urgences de Hyères puis transfert à l’hôpital de Toulon et rentrée scolaire manquée… Raconté comme ça, tout le monde se dit que j’ai passé de mauvaises vacances. Et bien non ! Dans chaque expérience de vie, tout est relatif et celle-ci s’est révélée positive sur bien des aspects. Je m’explique.

Relativiser

Oui Violette a souffert mais dès sa prise en charge par le personnel soignant, sa douleur a été maîtrisée. Après une suspicion d’appendicite, les médecins ont diagnostiqué une infection urinaire. Dans les 2 cas, rien de grave. Et si elle est restée hospitalisée 5 jours, c’était pour la soigner et ne prendre aucun risque.

Si cette hospitalisation, comme toutes celles que j’ai vécu pour mes enfants, provoque quand même de l’inquiétude, j’ai été parfaitement rassurée par tout le personnel de l’hôpital Sainte Musse de Toulon. Des gens professionnels, souriants, aux petits soins et à l’écoute. Un hôpital 5 étoiles ! Et entièrement gratuit grâce à notre système de santé. Même ma fille a été surprise de nous voir partir sans payer un euros après 5 jours d’hébergement, de repas et de soin ! Les Français aiment râler contre le système mais on n’est quand même bien loti à ce sujet. Dans certains pays, je n’aurai peut-être pas eu les moyens de payer les frais ! Et il est toujours bon d’en être conscient et d’apprécier cet avantage non négligeable du système français.

Lever de soleil depuis la chambre de l'hopital de Toulon
Savourer des choses simples quelles que soient les circonstances : comme le lever du soleil tous les matins depuis notre chambre d’hôpital…

Enfin, la chamboulement de cette aventure, l’inquiétude, l’organisation, le travail à distance, provoque aussi d’autres prises de conscience. Même si tout ne s’est pas passé comme prévu, rien n’était grave. Les petits soucis perso ou pro semblent bien futiles. L’hospitalisation de Violette a représenté comme une pause dans notre vie. L’enfermement et le temps libre ont provoqué des réflexions que le rythme du quotidien ne me permet pas d’habitude. Sortir de cette manière de mon train-train m’a permise de prendre du recul et m’a recentrée sur l’essentiel dans la vie : le bien-être de mes proches et point final ! Le reste ne sont que des détails.

la solidarité

Depuis quelques années, je cumule certaines galères sans pour autant m’abattre. Car je suis très entourée ! Cela a été encore le cas lors de cette expérience ! Mon oncle et ma tante nous ont accompagnés et soutenus pendant notre séjour prolongé à Toulon. Mes parents ont fait 1 300 km de route en 2 jours pour récupérer Joseph et le ramener dans les Landes afin qu’il ne manque pas sa rentrée au lycée. Et ont chamboulé tout leur emploi du temps pour rester chez moi et s’en occuper ! La famille et les amis étaient là aussi pour prendre des nouvelles, envoyer de gentils messages, et soulager ma logistique perso ou pro à distance. Une chaîne de solidarité qui fait chaud au cœur ! Et qui m’ont confortée dans la hiérarchisation des priorités dans la vie. Sur l’importance de pouvoir compter sur ses amis, sa famille. Et consacrer le maximum de temps à ses êtres chers au quotidien plutôt que de se laisser distraire par de micro soucis.

Consolider des liens

Cette aventure a renforcé les liens avec mon entourage mais également avec ma fille. Ces 5 jours passés en tête-à-tête ont paradoxalement représenté un luxe pour une famille composée de 3 enfants. Nous avons beaucoup parlé, joué, rigolé. Je l’ai bichonnée. J’étais disponible pour elle et seulement elle pendant plusieurs jours ce qui n’était jamais arrivé depuis sa naissance. Et elle a 9 ans. J’avais déjà eu la chance de le vivre avec mes 2 garçons pendant des hospitalisations. Et j’utilise le mot chance car dans les 2 cas, ce n’était pas grave et ce temps passé avec chacun d’eux avait renforcé notre relation. J’ai l’ai ressenti à nouveau avec Violette. Je ne la regarde plus de la même manière et je sens que son regard a changé aussi à mon égard. Elle a la fâcheuse habitude d’être en demande permanente et impossible (certainement pour montrer qu’elle est la petite dernière mais qu’elle est bien là), une attitude qui génère de nombreux conflits entre nous 2. Depuis son séjour à l’hôpital, elle semble rassurée sur notre lien et se trouve comme apaisée. Pourvu que ça dure 😉

relativiser les tracas de la vie
Bien entourées 😉

MORALITé de la théorie de la relativité

Après ces petites péripéties, je me sens plus forte, encore moins seule, apaisée. Ces vacances ont été plus que profitables. Les contrariétés du quotidien semblent me glisser dessus sans m’atteindre. Pour combien de temps, je ne sais pas, je me contente d’en profiter ! Mais je sais que la vie n’est pas un long fleuve tranquille. D’autres aventures m’attendent. Mais j’entends bien rester positive et optimiste, y compris face à l’adversité. C’est dans cet état d’esprit – la théorie de la relativité – que j’ai eu envie de lire cet été Que faire des cons ? Pour ne pas en rester un soi-même, un essai formidable de Maxime Revere, publié chez Flammarion. Un livre très utile pour rester zen et prendre encore plus de recul ! Je vous en parle la prochaine fois dans la rubrique Lectures 😉

Article 353 du code pénal de tanguy viel

Roman sublime sur Le sens de la responsabilité

J’avais manqué Article 353 du Code Pénal, le roman de Tanguy Viel paru en janvier 2017 aux éditions de minuit. Il avait obtenu la même année le Grand Prix RTL Lire. Je me suis rattrapée cette année grâce à la sortie en format poche dans la très classe collection Minuit Double des Éditions de Minuit.

Direction le Far West et plus exactement le Finistère. Le anti-héros de Tanguy Viel, Martial Kermeur, vient d’être arrêté par la police pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec. S’ensuit un huis clos avec le juge d’instruction devant lequel il est déféré. Tête-à-tête au cours duquel Martial Kermeur retrace les événements qui l’ont conduit à balancer cet homme à la mer. Comment cet homme méfiant, divorcé, licencié a confié au promoteur son indemnité de licenciement pour un projet immobilier censé faire revivre la presqu’île économiquement et moralement sinistrée.

confession d’un coupable victime

On sait dès le début du roman qui est l’assassin et qui est la victime. Le déroulé de l’intrigue nous explique les circonstances de ce drame et fait basculer les statuts de victime et coupable. Martial Kermeur, Breton taiseux se plonge dans un monologue sans faux-semblants. Il confie au juge ce qu’il n’avait jamais osé dire à personne, les tourments, la culpabilité et la colère qui l’ont brisé pendant des années, lui, sa famille et la presqu’île. Une confession tardive : « la ligne droite des faits, c’était comme l’enchaînement de mauvaises réponses à un grand questionnaire ».

Une confession volubile, de longues phrases ponctuées de points virgule, seules respirations. Après s’être tu pendant des années, Martial Kermeur se délivre dans la parole. Qui contient toute la lassitude, les échecs, les regrets de cet honnête homme, imparfait mais droit… Qui n’a trouvé d’autre issue que de balancer un homme à la mer pour se libérer de ses tourments. Avec ce monologue, Tanguy Viel place le lecteur dans la position du juge.

bout d’humanité oubliée

Au delà du drame, Article 353 du Code Pénal est un portrait social d’un bout de France mourant et oublié… D’hommes et de femmes isolés sur le plan géographique mais aussi économique et culturel. Ils rament avec pour décor un ciel tantôt lumineux tantôt brumeux.

Dans ce nouveau roman Tanguy Viel ne se contente pas de faire écho d’un fait divers. Il choisit une narration plus visionnaire qu’à l’habitude. À travers la version du héros, nous découvrons une réalité profonde, qui va au delà de sa culpabilité immédiate. Après L’Absolue perfection du crime (Minuit, 2001 et « double », 2006), Insoupçonnable (Minuit, 2006), Paris-Brest, roman (Minuit, 2009), l’auteur poursuit son exploration de l’humanité, du destin, des chemins qui conduisent au bien et au mal, de la responsabilité individuelle. Avec dans ce roman, le drame qui donne le ton. Né à Brest en 1973, Tanguy Viel a publié son premier roman Le Black Note en 1998 aux Éditions de Minuit qu’il n’a plus quitté.

lumineuses éditions de minuit

Je suis fan de cette maison d’édition qui se concentre sur les textes avec des couvertures de roman toujours identiques – fond blanc, typo bleu -. Sobres et classes. On doit notamment aux éditions de Minuit la publications d’œuvres d’Aragon, Mauriac, Éluard, Marguerite Duras… Et plus récemment Jean Échenoz, Éric chevillard, Jean-Philippe Toussaint, Yves Ravey… Bref une maison indépendante, curieuse qui doit son nom aux conditions de sa création, dans la clandestinité en 1941. Et dont le premier titre publié était Le silence de la mer de Vercors. Je n’ai jamais été déçu par un de ses auteurs. Et j’ai plaisir à découvrir les premiers romans qu’ils proposent.

Fidèle à cette maison, Tanguy Viel construit une œuvre embrumée et brillante. À travers les destins d’anti-héros crachant leur vérité, victimes de la vie, d’eux-même et des autres, tentant de s’affranchir de leurs poids. C’est encore le cas avec le brillant Article 353 du Code Pénal. Roman qui en outre contient une dimension sociale réaliste et universelle. Je ne vous explique pas le titre du roman – qui n’est pas très engageant je vous l’accorde -. Car il contient la chute de l’intrigue. Mais je peux vous donner un indice : Tanguy Viel a expliqué dans une interview que le roman aurait pu s’appeler intime conviction…

Article 353 du Code Pénal, de Tanguy Viel, collection Minuit double, Les Éditions de Minuit, 8 €.

Crumble choco poires : la recette

Dessert fruité fondant croquant

Dans la série dessert / goûter savoureux et rapide à préparer, je suis une adepte du crumble ! Une recette dessert inratable qui se prépare et cuit en 30 minutes. Mélange de fruits cuits et pâte croquante, il se décline à l’infini. Amateurs inconditionnels de chocolat dans la famille, notre préféré est le chocolat poires. Bien fondant et gourmand ! Après avoir essayé plusieurs recettes de pâte, j’ai fini par adopter un mélange beurre, sucre, farine qui met vraiment les fruits en valeur !

Les ingrédients pour 4 personnes

Pour la pâte à crumble

  • 100 g de beurre 1/2 sel (vous pouvez remplacer par du beurre doux mais le 1/2 sel s’accorde tellement bien avec les fruits !)
  • 100 g de farine : j’utilise de la semi-complète (T80) ou complète (T110 à 130). Le crumble est un dessert rustique qui ne nécessite pas une farine blanche et c’est meilleur pour la santé.
  • 100 g de sucre : j’utilise du sucre roux (également meilleur pour la santé) mais il peut-être remplacé par du sucre blond ou blanc.
  • Une dizaine de noisettes

Pour la garniture

  • 4 poires de taille moyenne (3 seulement si vous utilisez de grosses Comices ou 6 pour de petites Rochas)
  • 40 à 60 g de chocolat noir dessert : j’utilise les super gouttes de chocolat noir bio et équitable de la Vrac Mobile.

Recette crumble

  • Éplucher et découper les poires. Disposer-les dans un plat à four de façon à recouvrir le fond.
  • Couper grossièrement le chocolat et parsemer les poires avec.
  • Dans un saladier, mettre la farine, le sucre et le beurre découpé en petits morceaux. Malaxer du bout des doigts de façon à agglomérer les 3 ingrédients.
  • Déposer cette pâte sur les poires pour les recouvrir. Ajouter les noisettes. Et mettre au four préchauffé à 180°C pendant 15 / 20 minutes. Sortez-le dès que la pâte prend une légère coloration dorée.

Dégustation

Vous pouvez le déguster chaud à la sortie du four, accompagné d’une boule de glace à la vanille. Attention à ne pas se brûler. Il est très bon aussi froid. Il se conserve quelques jours au réfrigérateur et peut se réchauffer à four doux.

Variantes

Cette recette crumble se décline à l’infini et en toutes saisons. Il suffit de varier les fruits, les épices, le chocolat ou les fruits secs.

Les fruits
Vous pouvez remplacer les poires par n’importe quels fruits : pommes, fruits rouges, pêches, prunes, abricots, kiwi. Avec des coings aussi mais il faut les faire précuire dans de l’eau avant.
Les épices
Cannelle ou 4 épices avec les pommes, gingembre avec les fruits par exemple. Il suffit de saupoudrer les fruits avant d’ajouter la pâte.
Le chocolat
Je n’en mets qu’avec les poires. Si vous n’êtes pas fan du chocolat noir, vous pouvez le remplacer par du chocolat au lait ou praliné.
Les fruits secs
Amandes avec des pêches ou abricots, noix et raisins secs avec des pommes, noix de pécan avec des fruits rouges…

Bonne dégustation 🙂



Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, d’Emil Ferris

Bijou graphique et littéraire

Dans mes lectures, j’aime être bouleversée, bousculée, intriguée, fascinée, inspirée. Et le livre que je vous recommande aujourd’hui a produit tous ces sentiments ! Il s’agit de Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, un roman graphique d’Emil Ferris publié chez Monsieur Toussaint Louverture. Je n’ai pas été la seule séduite par ce bijou littéraire et artistique. Emil Ferris vient d’obtenir le Fauve d’Or au Festival International de bande dessinée d’Angoulême cette année. Après avoir remporté trois Eisner Awards, récompenses BD aux États-Unis, ainsi que le prix ACBD (Association des critiques et journalistes de bande dessinée) en France en 2018. Un coup de maître pour le premier livre de cette américaine de 56 ans !

Moi ce que j'aime c'est les monstres, bd d'emil ferris editions monsieurs toussaint louverture fauve d'or angouleme

Chicago dans les années 60

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres nous emporte à Chicago, à la fin des années 60 dans le monde de Karen Reyes, une petite fille de dix ans qui comme le titre l’indique adore les monstres, fantômes, vampires et morts-vivants. Pour survivre dans l’Amérique de cette période, elle s’imagine même être un loup-garou. Plus facile que d’être dans la peau d’une petite fille. Lorsque sa voisine se suicide d’une balle en plein cœur, Karen n’y croit pas et décide de mener l’enquête. Entre l’Allemagne nazie du passé de la voisine, son quartier prêt à éclater et les propres secrets de sa famille, elle rencontre des monstres, enfin des êtres humains comme les autres, c’est à dire des hommes et des femmes torturés, pétris de contradictions et de sentiments négatifs.

Journal intime

Les 416 pages couleurs du livre représentent donc le journal intime de la petite fille. Plus de 400 pages de réflexions, d’analyse et de sentiments sur le monde qui l’entoure et sur la manière dont elle l’appréhende. Ces réflexions et émotions sont retranscrites avec des textes assez forts, utilisant le langage d’une petite fille de 10 ans mûre et sans tabou. Mais également en dessins, pleines pages couleurs des scènes de la vie ou de son esprit, croquis des êtres qui l’habitent ou qui évoluent dans son quotidien. Pour mieux comprendre et accepter la réalité, Karen la retranscrit en mots et en dessins telle qu’elle la perçoit dans son esprit. Et le résultat est tout simplement fascinant, bouleversant.

J’ai acheté ce livre à l’automne 2018 et je ne le chronique que plusieurs mois après car j’ai savouré chaque page. Chaque détail d’un dessin riche et foisonnant. J’ai répété chaque mot de son esprit en ébullition permanente. Avec ses yeux, ses mains, son esprit d’enfant, la petite Karen a ouvert en moi la brèche de ma perception du monde. Tel que je le vois et comment je peux le supporter.

Extrait de Moi ce que j'aime c'est les monstres, BD d'emil Ferris aux éditions Monsieur Toussaint Louverture

Roman graphique protéiforme

Moi, Ce que j’aime, c’est les monstres est un un vrai roman : à la fois une enquête, un drame familial, une fiction historique. Mais surtout avec son histoire, Emil Ferris révèle le monstre qui vit dans chaque être opprimé, oublié, écrasé et quelle direction chacun de nous peut lui donner. Livre d’une mineure pour les minorités, pour les femmes ou tout être brimé, il représente un souffle de liberté, une clef pour exister. Les monstres ne sont finalement pas ceux que l’on croit.

La force du récit s’appuie évidemment sur les dessins. Chaque page, chaque dessin représente une œuvre d’art à part entière. Tous les dessins ont été réalisés au stylo bille. Avec des traits déterminés et déterminants. Des coups de stylo posés comme une urgence. Il y a du Crumb, il y a du Sendak dans le trait et l’univers graphique d’Emil Ferris. Mais surtout il y a du Emil Ferris. Un style inimitable et tout simplement subjuguant.

Extrait de Moi ce que j'aime c'est les monstres, BD d'emil Ferris aux éditions Monsieur Toussaint Louverture, Fauve d'Or à Angoulême.

Refusé par plus de 40 éditeurs…

L’impact de cette œuvre s’explique par le génie de son auteur mais aussi par l’histoire de sa création. En 2002, Emil Ferris, mère célibataire et illustratrice, gagne sa vie en dessinant des jouets et en participant à la production de films d’animations. Lors de la fête de son quarantième anniversaire, elle se fait piquer par un moustique et ne reprend connaissance que trois semaines plus tard à l’hôpital. Suite à une méningo-encéphalite, l’une des formes les plus graves du syndrome du Nil occidental. Les médecins lui annoncent qu’elle ne pourra sans doute plus jamais marcher. Pire encore, sa main droite, ne peut plus tenir un stylo…

Sans avenir, installé chez sa mère, Emil Ferris décide de se battre encouragée par sa mère, sa fille et des femmes qui s’occupent de ses soins. Elle recommence le dessin en attachant un stylo à sa main. Puis s’inscrit au Chicago Art Institute, dont elle sortira, diplômée. C’est à cette époque qu’elle commence l’écriture de son roman graphique dont l’idée est bien plus ancienne. Elle mettra six ans à réaliser cette œuvre de 800 pages. Après 48 refus, l’éditeur indépendant Fantagraphics accepte le manuscrit. Le premier tome de Moi, Ce que j’aime, c’est les monstres paraît aux États-Unis en février 2017. Et c’est le succès.

Critiques dithyrambiques méritées

« Emil Ferris est une des plus grandes artistes de bande dessinée de notre temps. » — Art Spiegelman, le pape du roman graphique notamment auteur de la fabuleuse série Maus.

« Une des œuvres les plus profondes, ambitieuses et abouties parues ces dix dernières années, tous supports confondus. Rarement des mots et des images ont fonctionné ensemble de manière aussi fluide au sein d’une histoire de cette complexité. » — Forbes

Cher Monsieur Toussaint Louverture

La version française est éditée par le fabuleux Monsieur Toussaint Louverture, structure éditoriale indépendante fondée en 2014 par Dominique Bordes. À l ‘instar de ce titre, Monsieur Toussaint Louverture s’intéresse aux textes oubliés ou méconnus de littérature étrangère. Par exemple, Le dernier stade de la soif et À l’épreuve de la faim de Frederick Exley ou Enig Marcheur de Russell Hoban.
Preuve de l’originalité et de la qualité des textes, les choix éditoriaux de Dominique Bordes rencontre un public large. Surtout pour une maison d’édition indépendante. Le linguiste était presque parfait, de David Carkeet, a été vendu à plus de 15 000 exemplaires. Karoo sorti en 2012 et maintes fois réimprimé, atteint près de 50 000 exemplaires. Publié en 2013, Et quelquefois j’ai comme une grande idée, de Ken Kesey, l’auteur de Vol au dessus d’un nid de coucou, a lui aussi touché des milliers de lecteurs. Plus de 30 000 en 2015 selon les derniers chiffres trouvés.

Des livres différents et beaux

Monsieur Toussaint Louverture publie peu, seulement 3 ou 4 ouvrages par an. Et seulement 3 BD depuis ses débuts ! Mais des livres différents qui trouvent à chaque fois leur public. Des livres denses qui font la part belle aux perdants et nous font sentir moins seuls. Des livres-objet beaux qui donnent envie de les posséder avant même de les lire (j’ai précommandé chez ma libraire préférée Ce que cela coûte, de W.C. Heinz à paraître début février sans même connaitre le sujet…). Format, typo, papier, grammage, rabat, couverture, rien n’est laissé au hasard. C’est encore le cas avec le livre premier de Moi ce que j’aime c’est les monstres. Déjà réédité plusieurs fois, sélectionné parmi les « 100 livres de l’année » du magazine Lire. Distingué par de nombreux prix. Merci Monsieur Toussaint Louverture. Vivement le livre second !

Je précise que vous pouvez devenir l’heureux propriétaire de cette œuvre d’art pour la modique somme de 34,90 € ! Et je vais finir par saluer le travail de Jean-Charles Khalifa, le traducteur ainsi que le lettrage à la main de Amandine Boucher et Emmanuel Justo .

Moi, Ce que j’aime, c’est les monstres, d’Emil Ferris, Éditions Monsieur Toussant Louverture, 34,90 €.


Fake news, de manu larcenet

recueil inclassable et magnifique

Je voulais partager mon gros coup de cœur pour Fake news du talentueux Manu Larcenet publié aux éditions Les Rêveurs. Ce n’est pas un roman, pas une bd, pas un essai, c’est un recueil inclassable, riche, drôle et émouvant.

Alors pourquoi inclassable ? Car ce n’est pas une BD ou un roman graphique classique. Il s’agit d’un recueil de dessins de Manu Larcenet accompagnés chacun d’une fake news. Cette expression, très utilisée par un président orangé, signifie littéralement en anglais fausse nouvelle, fausse actu.

[ Digression ]

Mais l’expression chère à Donald Trump retranscrit aussi le caractère délibérée de la fausse information comme l’explique le Journal Officiel : information « mensongère ou délibérément biaisée », servant par exemple « à défavoriser un parti politique, à entacher la réputation d’une personnalité ou d’une entreprise, ou à contrer une vérité scientifique établie ». Alors comme la traduire ? La commission d’enrichissement de la langue française a tranché, après plusieurs mois, pour traduire « fake news » par le terme « information fallacieuse » ou par le néologisme « infox », forgé à partir des mots « information » et « intoxication ». Cette digression explique sûrement pourquoi Manu Larcenet a préféré utilisé l’expression en anglais !

Fake News authentiques de Manu Larcenet aux éditions Les Reveurs.
© Les Rêveurs

Fake news authentiques

Manu Larcenet nous propose 200 pages de Fake News en précisant dès le début de l’ouvrage que dans un soucis de totale honnêteté vis à vis du lecteur, « toutes les fakes news présentées dans cet ouvrage sont absolument authentiques ». Un soucis de transparence qui rassure le lecteur sur la teneur de la suite ! Histoire, art, politique, extrémisme, religion, économie, Manu Larcenet nous distille ses fausses actus sur tous les sujets. Stéréotypes plus vrais que nature d’articles de presse, ces fake news se moquent, divertissent et dénoncent.

Pour vous donner une idée de l’absurde et de la drôlerie de ces news, voici quelques titres :
– Atteint de la maladie d’Alzheimer, le président du groupe Laure et HALL, leader du marché des cosmétiques, lègue sa fortune à un promeneur.
– Apparition puis disparition de la vierge.
– Le gouvernement s’attaque au sujet sensible des toiles d’araignées.
Et pour vous donner le ton de ces fake news, voilà celle de la page 63 :
 » Proche orient
Le prince saoudien Ahmed Ben Iznogoud vient d’autoriser les femmes à conduire et a promis qu’elles pourraient aussi acheter de l’essence dans moins de 200 ans. « 

Le dessin en point de départ

Pour la forme, un dessin, une illustration accompagne chaque actu. Il faut savoir que Manu Larcenet a d’abord réalisé les dessins et ce sont ces dessins qui lui ont inspiré les textes. Des illustrations magnifiques dans le trait, les détails, les expressions, les couleurs. Des dessins à l’image des textes, parfois sombres, parfois colorés, mais aussi drôles, poétiques, inspirants. J’ai lu sur le site de l’éditeur Les rêveurs que Manu Larcenet avaient réalisé tous les dessins à la tablette ! Mais en observant le trait, j’ai du mal à y croire ! Le rendu apparait encore plus incroyable.

Dessins somptueux de Manu Larcenet publiés aux éditions Les Rêveurs.
© Les Rêveurs


Ce titre n’est pas un coup d’essai de Manu Larcenet pour le genre du livre de dessins accompagnés de textes. Il avait déjà publié les sublimes Peu de gens savent en 2010 puis Nombreux sont ceux qui ignorent en 2012.
Avec ces livres, il représente pour moi l’un des auteurs les plus brillants de la bande dessinée aujourd’hui.
Il a déjà le mérité de m’avoir fait aimé ce genre littéraire, moi lectrice septique de la BD belge. J’ai dévoré Le retour à la terre, avec Jean-Yves Ferri au scénario. J’ai succombé à l’émotion du Combat ordinaire. Et j’ai été subjugué par la série Blast achevée en 2014. Et ce ne sont que quelques titres parmi tous ceux qu’il a réalisé !

Expérimentation supplémentaire

Par la force de son dessin, ses idées, Manu Larcenet nous rend moins cons, moins moches, nous touchent et c’est encore le cas avec son recueil Fake News, publié chez Les Rêveurs, la maison d’édition qu’il a cofondée avec Nicolas Lebedel en 1997. Une structure d’édition créée pour expérimenter. Et quand vous vous plongez dans leur catalogue, tout comme dans ce livre, vous réalisez que les textes, le dessin non formatés représentent vraiment une bouffée d’air frais. Pas un caprice de bobo : chacun de leur ouvrage est réfléchi, justifié. Vous pouvez découvrir leurs publications sur leur site.

Parallèlement à la sortie de Fake news de Manu Larcenet en octobre 2018, ils ont également publié fin août Krazy Kat, George Herriman Une vie en noir et blanc, par Michael Tisserand, la première biographie en Français de George Herriman, auteur majeur de comic strip. Et en septembre, Mutts – Dimanches Soir de Patrick McDonnell, le troisième recueil inédit en France des strips du dimanche en couleur, des années 2003 et 2004 qui mettent en scène un chien Earl et un chat Mooch.

en réimpression !

Les Rêveurs, c’est donc une petite maison d’édition qui publie peu mais bien. Chacun de leur ouvrage est également parfaitement réalisé. On sent les amoureux de l’objet livre. Fake News présente une magnifique couverture couleur cartonné et un signet, ruban qui fait office de marque page et permet de ne pas abimer ce travail sublime. J’ai lu fin 2018 que Manu Larcenet s’étonnait sur sa page Facebook de la démesure du tirage initial – 8 000 exemplaires pour ce titre -, doutant que le recueil atteigne autant de lecteurs. Et d’annoncer ensuite que ce tirage initial était épuisé ! Bonne nouvelle pour cet ouvrage et cette maison d’édition qui le méritent.

Fake News de Manu Larcenet, éditions les Rêveurs, un beau livre.
© Les Rêveurs


Sur le Net, j’ai aussi appris que Manu Larcenet travaillait sur un nouveau tome du retour à la terre, 10 ans après le dernier. J’espère que ce n’est pas une infox ! En attendant ce prochain plaisir, régalez-vous des ces authentiques fake news !

Fake News, Manu Larcenet, éditions Les Rêveurs, octobre 2018, 22 €.

Pourquoi je boycotte Amazon

Et quelles alternatives j’utilise !

À quelques jours de Noël, j’avais envie de rappeler pourquoi je boycotte les achats en ligne sur Amazon. Les raisons me semblent tellement évidentes que j’imagine gentiment que je ne suis pas la seule à exercer mon pourvoir de consommateur. Sauf que je croise encore beaucoup de personnes dans la vraie vie qui me racontent sans complexe leurs achats sur ce site… par facilité.

Dans la vie numérique, c’est encore pire ! Les influenceurs / influenceuses achètent sur Amazon et offrent à la plateforme une publicité gratuite en détaillant leurs achats sur Instagram… Ce matin encore, une jeune femme bordelaise suivie par 75 000 personnes sur son compte dédié au Bullet Journal a conseillé de passer par le fameux site pour acheter carnets et stylos… Puis il y a cette immense campagne de pub du site actuellement diffusée sur les écrans qui me hérisse le poil. La consommation, le moyen d’accéder au bonheur… Vraiment ? Enfin une étude vient de démontrer que suite aux manifestations des gilets jaunes, de nombreuses personnes comptent réaliser leurs achats de Noël en ligne cette année… Et je me dis qu’Amazon va bénéficier des effets de cette crise. Alors je sais que je ne vais pas changer la face du monde. Mais si ce billet a le mérite de convaincre quelques personnes…

Amazon, une librairie ?

Ayant eu le plaisir d’exercer le beau métier de libraire, j’ai assez subi la concurrence déloyale du géant de la vente en ligne. Une excellente raisonpour ne pas l’utiliser, y compris pour les achats autres que des livres. Concurrence déloyale ? Le prix du livre est unique en France suite à la loi Lang : c’est l’éditeur qui fixe le prix du livre. Le revendeur a une marge de manœuvre de 5 % sur ce tarif. Appliqué sur chaque livre pour les supermarchés de livres en général. Et cumulés via une carte de fidélité pour les libraires.  Amazon ne vend donc pas les livres moins chers qu’une librairie indépendante. Pourtant, depuis des années, le site a proposé la gratuité des frais de port. Et donc appliqué une remise détournée…

Amazon ne remplacera jamais une librairie indépendante
Photo glanée sur le net (je n’en ai plus !) de la librairie créée et gérée avec un associé en Charente-Maritime.

Monopole, exploitation et contournement des lois…

Le géant du commerce en ligne ne s’arrête pas là… De nombreuses enquêtes et reportages ont dénoncé les conditions de travail dans les entrepôts du site : cadences infernales, pression, salaires minimum. Maestro de l’optimisation fiscale, Amazon ne paye pas d’impôts en France comme dans d’autres pays du monde. Il ne participe pas non plus au financement d’infrastructures (comme les routes) qu’ils utilisent abondamment. Son service juridique (sûrement mieux rémunéré que le reste des « petits employés ») lui permet en outre de détourner ou contourner de nombreuses lois anti-trust.

À cette liste de reproches, faut-il vraiment que j’ajoute la collecte et l’analyse de vos données personnelles à chaque achat ou recherche ? Amazon nous prend tout mais ne donne rien. Si vous pensez que j’exagère ou que j’avance des accusations sans preuve, je vous invite à regarder le dernier documentaire en date « L’irrésistible ascension d’Amazon », réalisé par David Carr-Brown cette année et diffusé sur Arte mardi 11 décembre. C’est assez effarant…

Les alternatives au libéralisme

Pour les livres
En allant chez un libraire indépendant tout simplement ! Qui connait son métier, anime le territoire avec des rencontres, des lectures, propose des maisons d’éditions indépendantes et des ouvrages de fond. Bref, un vrai acteur et amoureux du livre. Et non un entrepôt animé par le seul profit…

Si vous n’en avez pas près de chez vous ou préférez les achats en ligne, il existe le site Librairiesindépendantes.com, portail de 700 librairies indépendantes en France pour la vente en ligne. Les libraires indépendants se sont également regroupés région et proposent des sites avec moteur de recherche et géolocalisation pour réserver un livre chez le librairie le plus proche. Le site ActuaLitté récence tous ces portails dans un article.

Pour les produits high tech
J’achète tout chez LDLC, site français basé à Lyon qui vend à prix compétitifs et paye ses impôts en France.

La papeterie
Quand je ne trouve pas un modèle de carnet ou une marque de feutres, de stylo dans ma papeterie, j’achète directement sur le site de la marque. C’est ce que j’ai fait pour mon bullet journal, un carnet Leuchtturm par exemple.

Pour le reste
Je fouille, je cherche et je trouve des alternatives ! Très souvent, cela me permettre de découvrir une marque ou une boutique plus respectueuse des individus ou de notre environnement. Oui c’est moins simple que 2 clics. À court terme sans doute. À long terme et dans la globalité de notre société, je pense que mon système est plus simple. Plus vertueux. Pour nous et nos enfants. Pour les cadeaux de Noël. Et toute l’année !

Une action efficace ?

Certains diront que mon boycott ne représente qu’une goutte d’eau dans la mer. À l’instar des gestes écolos individuels insignifiants face aux comportements dévastateurs des industriels. Je préfère croire que l’action est préférable à l’immobilisme. Que notre pouvoir de consommateur peut avoir un impact sur les géants du libéralisme. Vous connaissez la légende améridienne du colibri raconté par Pierre Rhabi car à l’origine du nom du mouvement qu’il a confondé ? Je fais ma part de Colibri ! Et vous ?

No Poo & low Poo, nouvelle routine cheveux

Parce que je le veux (vaux bien)

Depuis un an – grâce à l’influence de ma copine Claire -, j’ai adopté une nouvelle routine pour l’entretien de mes cheveux : le no poo et le low poo. Une alternative douce qui consiste à moins et mieux se laver les cheveux. Less is more ! Ma motivation première était esthétique : j’ai demandé à Claire quel était son secret pour avoir de si beaux cheveux. Quand j’ai su qu’elle avait tout simplement diminué la fréquence des lavages et la nature des produits lavants afin de respecter sa nature et la nature, j’ai eu envie d’essayer. Récit de cette nouvelle expérience capillaire.

Copyright : Violette / 8 ans 🙂

Pourquoi mieux se laver les cheveux ?

Comme le nom l’indique, le no poo vient des États-Unis et signifie sans shampoing. Initialement, cette technique consiste à arrêter d’utiliser du shampoing conventionnel pour se laver les cheveux. Afin de préserver l’environnement. Mais aussi de ne pas utiliser de produits décapants et nocifs pour soi ! Les adeptes utilisent à la place du vinaigre, du bicarbonate de cidre ou simplement de l’eau. J’ai tenté les 3. Dans les 2 premiers cas, mes cheveux sont devenus secs comme de la paille et pas vraiment propres… Dans le dernier, ils étaient encore sales.

Face à ces échecs cuisants, j’ai essayé le shampoing solide, découvert à la Vrac Mobile, mon épicerie ambulante de produits en vrac. Pour les garçons, le résultat est top, ils ont adopté ce nouveau shampoing. Dans mon cas (cheveux bouclés très secs), cela n’a malheureusement pas fonctionné. Mes cheveux étaient propres mais devenaient crépus. Encore plus secs… Les garçons ont également apprécié le savon solide Aléabulles offert par ma copine Claire (et offert à tous les vacanciers de son surf camp !). Il faudrait que je vois si cette marque locale a un modèle spécial cheveux secs. Si vous avez trouvé un shampoing solide adapté aux cheveux ultra secs, je suis preneuse !

Davines, ma marque chouchou

J’ai donc opté pour une alternative : un shampoing liquide traditionnel mais le plus naturel possible. Quand mes finances le permettent, j’investis les yeux fermés dans ceux de la marque Davines. C’est un entreprise familiale fondée en Italie qui prône une beauté durable à travers de nombreuses actions. En utilisant notamment le maximum d’ingrédients naturels dans leurs produits. Mais en adoptant aussi une charte éthique. Et en soutenant différents projets en faveur de l’environnement pour réduire leur impact. J’ai découvert cette marque au Vestibule, mon salon de coiffure et elle est devenue ma marque fétiche. Mes produits chouchou sont les shampoings et après-shampoings de la gamme Love, adaptés aux cheveux bouclés et donc à tendance sèche. Et ceux de la gamme Nounou pour les cheveux très secs ou abimés. Le must, une huile intitulée sobrement Oil qui fait briller les cheveux, les rend doux et dompte l’effet frisotis. Avec une odeur merveilleuse. Commercialisée dans les 30 €, elle vaut l’investissement car il suffit de 2 ou 3 pressions à chaque utilisation. Un flacon dure 6 mois !

shampoing nounou davines doux pour les cheveux et l'environnement

Et en grande surface ?

Comme je ne peux pas toujours me permettre d’acheter les produits Davines, j’ai réalisé une étude d’étiquettes / composition des shampoings en grande surface. Ceux qui sont indiqués bio ne sont pas forcément les plus naturels, ni les plus efficaces… Et dans ce ratio produits naturels / efficacité, je trouve que les produits Timotei s’en sortent plutôt bien.  Surtout la gamme Pure sans paraben, sans silicone ni colorant. Avec ces shampoings liquides, je consomme malheureusement encore des emballages plastiques. Mais j’ai réussi à diminuer la quantité (seulement deux flacons par an !) grâce à une seconde pratique dans ma routine beauté cheveux…

Pourquoi moins se laver les cheveux ?

Mon changement de routine capillaire ne s’est pas arrêté au type de produit. Je suis aussi devenue une adepte du low poo qui consiste à espacer le rythme de lavage. Se laver les cheveux fréquemment augmente la production de sébum : l’épiderme agressé par les produits lavants se défend en produisant plus de sébum. Les lavages fréquents rendent donc paradoxalement les cheveux plus gras. Mais aussi plus ternes. Et pollue plus l’environnement (forcément !). Il faut donc estomper les lavages d’un jour et être patiente. Le temps que le cuir chevelu s’adapte… Évidemment, le dernier jour avant le shampoing, les cheveux sont plus gras. Mais tenir bon permet de réguler cette fameuse production de sébum et d’espacer au fur et à mesure les lavages.

Auparavant, je faisais un shampoing tous les 3 jours. J’ai commencé à espacer en les lavant tous les 4 jours, puis tous les 5 jours. Depuis plusieurs mois, je les lave une fois par semaine seulement. Dimanche, c’est shampoing ! L’été, avec les baignades dans l’océan, je ne les lave pas systématiquement non plus. Un simple rinçage à l’eau claire permet de se débarrasser du sel. Et le résultat de cette nouvelle habitude est tout simplement incroyable : mes cheveux sont plus doux, plus brillants. Je peux me permettre ce lavage hebdomadaire car mes cheveux sont secs et bouclés. Si vous avez les cheveux raides ou à tendance gras, vous n’êtes pas obligés d’en arriver à cette extrême. Essayez d’espacer de quelques jours seulement. Cela sera toujours mieux qu’un shampoing quotidien ou tous les 2 jours. Pour vous. Pour la planète ! Et pour votre porte-monnaie…

 

Broyé du Poitou

Recette facile d’un biscuit « réconfort »

Je l’avoue, la plupart des biscuits que je réalise pour le goûter comporte du chocolat (brownie, cookies, cake, muffins…) . Il existe quelques exceptions et le broyé du Poitou en fait partie. Avec ses 250g de beurre salé et 250g de sucre, il répond parfaitement à notre penchant pour le sucré-salé en pâtisserie ! J’ai découvert ce biscuit dans un petit livre de recettes intitulé Desserts d’antan et édité par le magazine Avantages. J’aime cette recette car elle nécessite seulement 10 minutes de préparation. Et la taille du broyé nous permet de tenir pendant quelques jours. Une recette parfaite pour un dimanche pluvieux comme aujourd’hui dans les Landes. Car la richesse du biscuit apporte un vrai réconfort avec un bon thé ou un chocolat chaud. Mais nécessite d’être consommé avec modération en cas de diabète ou cholestérol…

Les ingrédients du broyé du Poitou

  • 450 g de farine
  • 2 œufs entiers + un jaune
  • 2cuillères à soupe de lait
  • 250 g de beurre salé mou + quelques grammes pour le moule
  • 250 g de sucre en poudre
  • 2 cuillères à soupe d’eau de vie (je n’en mets jamais mais je le précise pour les amateurs)
  • Une pincée de sel… (je ne l’ajoute pas non plus vu que le beurre en contient largement assez)

Réalisation du broyé

Préchauffer le four à 180° (thermostat 6).
Dans un saladier, battre les 2 œufs avec le sucre (et l’eau de vie et la pincée de sel si vous souhaitez les mettre). Ajouter le beurre mou en morceaux (sorti du frigo à l’avance ou légèrement ramolli à feu doux). Puis la farine. Je réalise d’abord le mélange à la fourchette puis avec les doigts pour former une pâte.

Beurrer un moule à tarte (environ 26 cm de diamètre) et étaler la pâte à la main en lissant le dessus à la main ou à l’aide d’une spatule. Dessiner des sillons à la fourchette. Puis badigeonner du mélange jaune d’œuf / lait battu avec un pinceau.
Enfournez entre 35 et 40 minutes jusqu’à ce que le broyé soit doré.

Dégustation

Je réalise le biscuit dans un moule à tarte en porcelaine donc je peux le découper dedans. Mais si vous souhaitez le démouler, attendez qu’il soit refroidi. Il se conserve quelques jours dans une boîte hermétique. Pour la découpe, je réalise des carrés de petites tailles. Chaud ou froid, il est délicieux ! Nature avec un thé, un café ou un chocolat chaud ou du fromage blanc. Les enfants se le tartinent parfois de confiture ou de pâte à tartiner… mais il faut pouvoir supporter le pic de sucre et de gras (d’un point de vue gustatif et diététique) ! Eux, peuvent se le permettre (ils font 10 kilos tout mouillé…). Je me contente de la version nature…

 

Cookies aux pépites de chocolat

Recette facile et succulente

Depuis de nombreuses années, je fais une recette de cookies aux pépites de chocolat piquée dans un vieux Biba. Ils étaient bons mais je n’étais pas complètement satisfaite de la texture : bien croquants mais pas assez moelleux à l’intérieur. Jusqu’à ce que je teste une recette de Cyril Lignac également publiée dans un magazine féminin. J’avais enfin trouvé la texture parfaite ! En revanche, je trouvais que le chef à l’accent chantant s’était un peu lâché sur les quantités de sucre et de chocolat… Ceux qui nous connaissent, les enfants et moi, savent à quel point nous sommes accros au sucre et au chocolat. Mais là ! C’était trop…

J’ai donc adapté les quantités à notre goût. Depuis, ils ont été largement validés par la famille et les amis. Comme je n’achète pas de biscuits du commerce et que je préfère les faire avec de bons ingrédients, cette recette est devenue l’une de nos favorites. Je la réalise au moins une fois par semaine !

Les ingrédients pour 18 à 20 cookies

  • 100 g de cassonade (contre 120 g dans la recette)
  • 100 g de sucre blanc (contre 120 g dans la recette)
  • 175 g de beurre pommade. Comme d’habitude j’utilise du beurre demi-sel. Le mélange pointe de sel et chocolat, on adore !
  • 1 œuf gros
  • 300 g de farine T45 (mais cela fonctionne aussi avec de la T55, voire un mélange de farine blanche et semi-complète).
  • 6 g de levure (que je remplace par une bonne cuillère à soupe de bicarbonate de soude alimentaire)
  • 200 g de chocolat dessert (contre 2 fois 190 g de chocolat noir et lait dans la recette !)

La réalisation des cookies

Mr Lignac conseillait de tout faire avec un robot. J’ai essayé mais ça colle et se mélange mal. Il faut sortir le bol pour décoller la préparation avec une spatule. J’ai réitéré sans robot et je trouve ça beaucoup plus pratique. Je commence donc par mélanger à la fourchette le beurre pommade avec les sucres. J’ajoute l’œuf. Puis la farine et le bicarbonate. Je termine par le chocolat coupé grossièrement. Je mélange tout à la fourchette et je finis à la main car le mélange ressemble à une pâte.

Il faut ensuite former un boudin de 5 cm de diamètre (environ, hein, je n’ai jamais mesuré !). Et le rouler dans une feuille de papier sulfurisé et le conserver au frais une demie-heure. Cela permet à la pâte de durcir pour découper ensuite des tranches de (environ) 2,5 cm. J’ai toujours respecter cette étape et cela fonctionne parfaitement. Mais la dernière fois, je manquais de temps. Je n’ai donc rien roulé en boudin, je n’ai pas mis au frais et n’ai pas découpé de tranches… J’ai formé des boules de pâtes tout simplement et le résultat était très bien aussi. La forme des cookies était simplement moins parfaite. Mais cette manière de faire peut dépanner les gourmands pressés.

La cuisson

Enfournez les tranches de pâtes sur une feuille de papier sulfurisé  pendant 10 mn à four chaud à 170°C. Entre deux fournées, patientez quelques minutes avant de prendre les cookies de la plaque pour les déposer sur une assiette. Sinon ils risquent de se casser. Évitez aussi de les empiler pendant cette étape de refroidissement.

La dégustation

Ils sont évidemment succulents tout chauds à la sortie du four (attention à ne pas se brûler !). Mais ils sont parfaits aussi quelques heures après ou le lendemain. En refroidissant, ils deviennent croquants à l’extérieur mais toujours fondants à l’extérieur. Un régal ! C’est vraiment l’avantage de cette recette.

Les variantes

  • Avec plusieurs chocolats : je les ai testés tout chocolat noir mais aussi en mixant plusieurs chocolats desserts : noir, lait et praliné.
  • Avec des fruits secs : noix, noisettes, amandes, noix de pécan mais aussi cranberries séchées.
  • Tout chocolat : en ajoutant une à deux cuillère à soupe de chocolat de cacao non sucré.