Les Garçons de l’été, de Rebecca Lighieri, Editions P.O.L

Quand la chronique de mœurs vire au thriller

Parmi les romans lus cette année, j’ai adoré Les Garçons de l’été, de Rebecca Lighieri. Paru en janvier 2017 chez les éditions P.O.L, son titre m’a incité à le faire patienter gentiment dans ma « PAL » pour faire partie de mes lectures d’été. Et suite à un – léger – retard dans mes chroniques de livres… là voilà !

Les garçons de l'été de Rebecca Lighieri aux éditions POL : Chronique

Les Garçons de l’été, ce sont Thadée et Zachée, deux jeunes et beaux garçons d’Hossegor, deux dieux du surf. Ils ont grandi dans le Sud des Landes, la « Landifornie » dans une famille au train de vie confortable. Ils ont été bichonnés et sont admirés pour leur beauté, leur assurance, leur lifestyle de surfeur. Jusqu’au jour où, lors d’un surftrip à La Réunion, Thadée est victime d’une attaque de requin et se retrouve mutilé.
La vie de rêve de cette famille bien sous tout rapport s’effondre. L’auteur Rebecca Lighieri fait basculer son roman plutôt chronique de mœurs en thriller oppressant. Et c’est magistralement réussi.

Famille riche d’Hossegor cherche… humanité

Je dois vous avouer que dès le début du roman, j’ai été agacée par les personnages. Mylène, la mère au foyer bourgeoise, si dévouée à ses enfants qu’elle devient ridicule tant son amour maternel est aveuglant. Le mari, pharmacien, de prime abord gentillet. Puis finalement médiocre au vu de son manque d’implication dans sa vie paternelle et matrimoniale qu’il comble en trompant sa femme. Et les 2 garçons. Pétris de nonchalance, immaturité, arrogance, dans leur manière d’être, de gérer les rapports humains ou d’envisager leur vie. Considérés comme des demi-dieux par leur mère, les deux frangins sont loin de me faire rêver comme progéniture… Bref, un magnifique stéréotype de la famille CSP+ d’Hossegor. Et je peux vous dire que, lorsque l’on vit près d’Hossegor, un tel portrait de famille a de quoi agacer : j’en croise assez dans le Sud des Landes pour ne pas avoir envie de lire leurs mésaventures…

Tragédie grecque

Donc j’avance dans la lecture de ce roman qui s’annonce comme un drame familial en sourcillant parfois. Et petit à petit, au fil des pages, ce livre qui sent bon les embruns, le surf et l’été me happe. Car cette chronique familiale se transforme en tragédie grecque. Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser profiter du suspens. Mais la plongée de l’intrigue dans le noir (très noir) rend addictive la lecture. L’auteur malmène ses personnages de toutes parts. Agaçants dans les premiers chapitres, la déchéance de ces êtres médiocres finit par nous faire éprouver une certaine empathie. Ils payent cher leur arrogance ou leur lâcheté. Et cette réinterprétation moderne du mythe d’Abel et Caïn sublime férocement nos contradictions, notre égocentrisme. Elle balaye à la manière d’un ouragan nos manies insupportables d’êtres humains modernes.

Je n’ai pas été surprise à la lecture d’une interview de l’auteur dans Les Inrocks de découvrir que Rebecca Lighieri avait à l’esprit deux références cinématographiques pendant l’écriture du roman : Endless summer et Stephen King. Car on retrouve bien dans son œuvre l’insouciance et l’obsession du surfeur égoïste en quête de la vague parfaite traitées dans le film de Bruce Brown. Mais également l’angoisse suscitée par les dérapages humains propre à la littérature de l’auteur américain.

Un auteur, deux genres littéraires

Rebecca Lighieri est le pseudo de Emmanuelle Bayamack-Tam, auteur d’un dizaine de romans dont La princesse de. et de Je viens. Sous son nom d’emprunt Rebecca Lighieri, elle avait déjà publié Husbands et une nouvelle. Elle choisit son nom d’auteur selon le genre du roman. Emmanuelle Bayamack-Tam pour les histoires plus poétiques, Rebecca Lighieri pour les romans noirs. Le ton et l’écriture changent aussi. Rebecca Lighieri va droit au but et ne s’encombre pas de figure stylistique. Son style est direct, percutant. Il est là pour accompagner l’aspect essentiel du roman : le noir, l’intrigue, l’horreur.

Fiction moderne et universelle

Les Garçons de l’été se révèle donc une réussite assez étonnante : une littérature noire qui met en lumière les aspects les plus sombres de notre humanité dans un décor de rêve. Un roman qui ne s’encombre pas de fioritures pour dépeindre le côté le plus animal de l’homme, dans sa sexualité, son agressivité, l’image qu’il renvoit. Une fiction captivante qui dérange souvent mais séduit par la finesse et la justesse du propos.

Rebecca Lighieri est une visionnaire pertinente des travers de notre monde : la dislocation des liens, la disparition de l’empathie, le repli sur soi. Les monologues de ses personnages accablants résonnent comme des tragédies, sans poésie, en toute cruauté. Moderne, ce roman se trouve dans l’actualité car il aborde indirectement la « crise requins » qui agite l’île de La Réunion. Universel, il peint les dérives de l’homme contemporain de moins en moins dans l’humanité. Une histoire violente, dérangeante mais indispensable à notre survie dans ce monde de brutes occidentales !

Les Garçons de l’été, de Rebecca Lighieri, 448 pages, 19 €, Editions P.O.L
Prix littéraire de la ville d’Arcachon 2017

Les 4 saisons de Josette

Ou comment la nature fait bien les choses

Depuis le changement d’heure, la chute concomitante des baisses de  températures et la valse des oiseaux migrateurs, j’entends beaucoup de gens se plaindre et râler… De l’hiver qui arrive, du froid, de la grisaille, de la pluie… Et tous ont fait part de leur envie d’ailleurs ou de leur impatience de s’envoler sous d’autres latitudes (beaucoup d’habitants dans le sud des Landes partent en surftrip en hiver et donc au chaud). Je n’ai pas l’occasion (et surtout les moyens) de migrer dans les semaines à venir. Mais je ne m’en plains pas. J’aime toutes les saisons.

Le printemps

Ces considérations liées à la météo et aux températures m’ont fait réaliser que ce changement de saison ne me déplaisait pas. J’aime évidemment le printemps avec le changement d’heure, les journées qui rallongent, les premiers de soleil qui chauffent, la végétation qui se réveille, les bourgeons puis les premières fleurs.

Les 4 saisons : magnolia dans le jardin, premiers signes de l'arrivée du printemps.
Le magnolia dans le jardin, premiers signes de l’arrivée du printemps.

l’été

J’adore l’été, synonyme de liberté. L’emploi du temps familial est allégé avec les vacances scolaires, moins d’horaires à respecter et petite pause dans mon autre métier (taxi pour enfants). Les sessions plage sont sans fin, le matin, l’après-midi ou le soir. Et les couchers de soleil incroyables. J’ai toujours rêvé de vivre près de l’océan, alors j’en profite et les enfants aussi !  J’apprécie aussi la garde-robe plus légère et moins compliquée (panoplie short / T-shirt / Tongs pendant quelques semaines). Et bien entendu, la sensation de chaleur sur la peau. Un véritable anti-dépresseur.

Les 4 saisons : l'été dans les Landes et ses couchers de soleil...
Photo d’un coucher de soleil pas terrible (la photo, pas le sunset !) mais j’avoue que je préfère le savourer à chaque fois plutôt que de le prendre en photo…

 

L’automne

Depuis plusieurs années, j’apprécie tout autant l’automne. Souvent chez nous, il se transforme en été indien avec des températures encore clémentes qui permettent de profiter de la plage en maillot de bain. Et cela a été le cas cette année, jusquà mi-octobre ! Surtout, j’adore en automne les couleurs de la forêt : dans les Landes, la bruyère qui tapisse le sol et les chemins de violet ou blanc, les dégradés de bruns, oranges et rouges des feuillages des arbres. Avec les enfants, nous avons passé quelques jours chez mes parents dans le Tarn et les couleurs étaient somptueuses. Cette saison offre vraiment un spectacle naturel quotidien.

Les 4 saisons : La magie de la forêt en automne et en hiver.
La magie de la forêt landaise en automne et en hiver.

et l’hiver

L’hiver n’est pas encore là mais le changement d’heure et la météo nous plongent dans la réalité de cette saison. Et contrairement à l’avis générale, je suis plutôt contente ! Pendant les promenades matinales en forêt avec mon chien, les paysages sont magiques : la brume ou le brouillard, le calme, les tapis d’épines de pin, les odeurs… Tous les jours, des tableaux envoûtants.

A ce décor naturel somptueux s’ajoute l’ambiance de l’hiver. En octobre, quand de belles journées nous ont permis d’avoir encore chaud sur la plage, la cheminée était ramonée et le bois livré… Je me languissais d’allumer le premier feu de cheminée ! L’hiver rime aussi avec grandes promenades sur la plage ou en forêt par grand froid ou fortes pluies, puis réconfort à la maison autour d’une bonne table. Faut-il vraiment ajouter dans mes arguments les stations de ski dans les pyrénées non loin de chez nous et accessibles pour une journée de glisse ?

Les plaisirs des saisons

Chaque saison est synonyme pour moi de changement de vie. L’été, on sort beaucoup, nous ne sommes jamais à la maison mais à la plage, chez des amis, à des concerts… On vit dehors ! Lorsqu’il fait nuit plus tôt et plus froid, c’est le moment de réinvestir la maison. Avec des feux de cheminées, des goûters « maison », des bons repas. L’hiver, je cuisine plus, je me remets au tricot. Le printemps et l’été, je suis sociable. L’automne, je commence à me calmer et à reprendre possession de la maison en faisant du rangement, en repensant la déco. Je prépare le cocon. Et  l’hiver, je deviens ours et j’hiberne !

J’aime chaque saison en fait. Lorsque je commence à être fatiguée des rayons du soleil et des séances plages, l’automne arrive. Quand la lumière et la chaleur commencent à me manquer, le printemps me délivre. Le climat océanique et ses quatre saisons me conviennent tout à fait. Ou alors, je deviens sage en vieillissant. Je sais profiter du temps, de la saison présente. Je sais reconnaître les bonheurs et les plaisirs de chacune d’elles. La nature est bien faite. Et on est fait pour s’entendre.

 

Enregistrer

Enregistrer