Que faire des Cons ?, de Maxime Rovere

Essai Pour ne pas en rester un soi-même

Aujourd’hui je vous recommande la lecture d’un essai philosophique écrit par Maxime Rovere : Que faire des cons ?, publié chez Flammarion cette année. Ayant pour sous-titre « pour ne pas en rester un soi-même ». Un livre, deux effets. Bref, une lecture très utile par les temps qui courent. Drôle et intelligente !

Les cons, un sujet universel

Le titre du livre est clairement incitatif. Quelques mots de l’auteur en interview ont fini de me donner envie de me plonger dedans.
Les cons, un fléau universel qui traverse les époques et donc nous souffrons tous. Avouez qu’en vous énonçant le titre du livre, vous ressentez un intérêt non négligeable pour le sujet car comme disais Frédéric Dard, un autre grand philosophe, dans les pensées de San Antonio :  » Le règne du con est arrivé depuis si longtemps qu’il ne cessera qu’avec l’espèce. « 

Comme l’explique l’auteur dans son préambule, les philosophes se sont plus attardés sur l’intelligence et moins sur la bêtise. Pourtant l’opinion, les préjugés, l’orgueil, la superstition, l’intolérance, les passions, le dogmatisme, le pédantisme, le nihilisme sont bel et bien là traversant les époques. Les cons s’obstinent et pour vivre avec l’un d’eux en colocation, l’auteur a eu envie de trouver une solution pour vivre avec. Mais aussi pour ne pas en devenir un ou en rester un. Car vous l’avez certainement expérimenté mais face à un con, nous avons tendance perdre notre capacité d’analyse, adopter son langage, entrer dans son jeu, bref à devenir con…

théorie de la relativité du con

Avant de d’esquisser son raisonnement et des solutions, Maxime Rovere précise la relativité de la notion de connerie : on est tous le con de quelqu’un et chacun a son con. En fait, dès que nous avons un problème avec un con, c’est que nous en sommes un. Chacun a ses limites… Et je ne vous juge pas en acceptant ce principe de Maxime Rovere. J’admets ma propre connerie…
Et afin de ne pas rester trop con, j’ai eu envie de tenter la proposition de l’auteur : lire ce livre non pas je cite pour devenir meilleure que les cons mais devenir meilleure que moi-même !

Un Fléau endémique

Dans le même état d’esprit, le philosophe s’interdit de dresser une définition, une typologie des cons, les formes de la connerie étant en nombre infini, ce recensement serait un peu con. Il préfère s’intéresser à la grande question : pourquoi les cons nous submergent et finissent par répandre leur connerie en nous ?
En 200 pages, l’auteur tente de répondre à ces questions existentielles : comment on tombe dans les filets des cons, comment se remettre de sa stupeur, comment l’impuissance engendre le devoir, comment écouter un con, pourquoi la menace est une forme de soumission, pourquoi les cons gouvernent, se multiplient et gagnent toujours ? Plus qu’un livre de développement personnel, cet ouvrage représente un essai philosophique passionnant, une vision systémique du con et des moyens de les appréhender. Maxime Rovere, écrivain et historien de la philosophie, professeur, est l’un des spécialistes de Spinoza. Il a d’ailleurs publié chez Flammarion en 2017 Le clan Spinoza.

la philo pour les nuls

Je ne vais pas me permettre de vous donner des clefs dans cette chronique. Vous comprendrez qu’il est bien impossible (voire con) de résumer ou interpréter les 200 pages passionnantes de ce philosophe, en quelques lignes. Je peux en revanche vous recommander sa lecture. D’abord, inutile d’être diplômé en philosophie pour l’aborder, l’auteur utilise un langage simple et explique parfaitement les concepts. Ensuite, ce livre n’est pas l’œuvre d’un intellectuel prétentieux. C’est vrai que le titre, un jugement en soi, pouvait faire craindre la leçon d’un être qui se prétend supérieur. Sauf que Maxime Rovere nous éclaire sur toutes les conneries, celle des autres, la sienne et la notre avec humour, humilité et bienveillance.

Son essai permet de prendre le recul nécessaire pour activer un détecteur de cons et nous apprendre à nous en défaire. Retrouver une certaine liberté, hauteur face à ce phénomène qui ronge l’humanité depuis des siècles. Les cons existeront toujours. Nous ne sommes pas obligés d’en faire partie !

Prendre de la hauteur

Je ne vous dis pas qu’après la lecture du livre, je suis devenue définitivement intelligente (ce serait un peu con). Mais j’y ai trouvé quelques clefs, ouvert quelques portes vers une plus grande sérénité, une certaine liberté. J’y travaille. Dans la vie, les années passant, deux options se profilent en général : devenir plus sage, prendre de la hauteur ou rester coincé dans ses principes et des mécanismes d’autodéfense ou de réactions très cons. Comme j’essaye depuis quelques années déjà la première solution, j’admets que ce livre est très utile. Et je le garde précieusement, pour en relire des chapitres, comme des piqûres de rappel anti-connerie. Je précise que je ne l’offrirai pas à quelques cons pour les aider. Car comme le dit l’auteur : « Renoncez aux jeux de langage, ils ne veulent pas comprendre ». Je suis déjà devenue un peu moins con, non ? Merci Maxime Rovere !

Que faire des Cons ? Pour ne pas en rester un soi-même, de Maxime Rovere, Editions Flammarion, 210 pages, 12 €.

Article 353 du code pénal de tanguy viel

Roman sublime sur Le sens de la responsabilité

J’avais manqué Article 353 du Code Pénal, le roman de Tanguy Viel paru en janvier 2017 aux éditions de minuit. Il avait obtenu la même année le Grand Prix RTL Lire. Je me suis rattrapée cette année grâce à la sortie en format poche dans la très classe collection Minuit Double des Éditions de Minuit.

Direction le Far West et plus exactement le Finistère. Le anti-héros de Tanguy Viel, Martial Kermeur, vient d’être arrêté par la police pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec. S’ensuit un huis clos avec le juge d’instruction devant lequel il est déféré. Tête-à-tête au cours duquel Martial Kermeur retrace les événements qui l’ont conduit à balancer cet homme à la mer. Comment cet homme méfiant, divorcé, licencié a confié au promoteur son indemnité de licenciement pour un projet immobilier censé faire revivre la presqu’île économiquement et moralement sinistrée.

confession d’un coupable victime

On sait dès le début du roman qui est l’assassin et qui est la victime. Le déroulé de l’intrigue nous explique les circonstances de ce drame et fait basculer les statuts de victime et coupable. Martial Kermeur, Breton taiseux se plonge dans un monologue sans faux-semblants. Il confie au juge ce qu’il n’avait jamais osé dire à personne, les tourments, la culpabilité et la colère qui l’ont brisé pendant des années, lui, sa famille et la presqu’île. Une confession tardive : « la ligne droite des faits, c’était comme l’enchaînement de mauvaises réponses à un grand questionnaire ».

Une confession volubile, de longues phrases ponctuées de points virgule, seules respirations. Après s’être tu pendant des années, Martial Kermeur se délivre dans la parole. Qui contient toute la lassitude, les échecs, les regrets de cet honnête homme, imparfait mais droit… Qui n’a trouvé d’autre issue que de balancer un homme à la mer pour se libérer de ses tourments. Avec ce monologue, Tanguy Viel place le lecteur dans la position du juge.

bout d’humanité oubliée

Au delà du drame, Article 353 du Code Pénal est un portrait social d’un bout de France mourant et oublié… D’hommes et de femmes isolés sur le plan géographique mais aussi économique et culturel. Ils rament avec pour décor un ciel tantôt lumineux tantôt brumeux.

Dans ce nouveau roman Tanguy Viel ne se contente pas de faire écho d’un fait divers. Il choisit une narration plus visionnaire qu’à l’habitude. À travers la version du héros, nous découvrons une réalité profonde, qui va au delà de sa culpabilité immédiate. Après L’Absolue perfection du crime (Minuit, 2001 et « double », 2006), Insoupçonnable (Minuit, 2006), Paris-Brest, roman (Minuit, 2009), l’auteur poursuit son exploration de l’humanité, du destin, des chemins qui conduisent au bien et au mal, de la responsabilité individuelle. Avec dans ce roman, le drame qui donne le ton. Né à Brest en 1973, Tanguy Viel a publié son premier roman Le Black Note en 1998 aux Éditions de Minuit qu’il n’a plus quitté.

lumineuses éditions de minuit

Je suis fan de cette maison d’édition qui se concentre sur les textes avec des couvertures de roman toujours identiques – fond blanc, typo bleu -. Sobres et classes. On doit notamment aux éditions de Minuit la publications d’œuvres d’Aragon, Mauriac, Éluard, Marguerite Duras… Et plus récemment Jean Échenoz, Éric chevillard, Jean-Philippe Toussaint, Yves Ravey… Bref une maison indépendante, curieuse qui doit son nom aux conditions de sa création, dans la clandestinité en 1941. Et dont le premier titre publié était Le silence de la mer de Vercors. Je n’ai jamais été déçu par un de ses auteurs. Et j’ai plaisir à découvrir les premiers romans qu’ils proposent.

Fidèle à cette maison, Tanguy Viel construit une œuvre embrumée et brillante. À travers les destins d’anti-héros crachant leur vérité, victimes de la vie, d’eux-même et des autres, tentant de s’affranchir de leurs poids. C’est encore le cas avec le brillant Article 353 du Code Pénal. Roman qui en outre contient une dimension sociale réaliste et universelle. Je ne vous explique pas le titre du roman – qui n’est pas très engageant je vous l’accorde -. Car il contient la chute de l’intrigue. Mais je peux vous donner un indice : Tanguy Viel a expliqué dans une interview que le roman aurait pu s’appeler intime conviction…

Article 353 du Code Pénal, de Tanguy Viel, collection Minuit double, Les Éditions de Minuit, 8 €.

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, d’Emil Ferris

Bijou graphique et littéraire

Dans mes lectures, j’aime être bouleversée, bousculée, intriguée, fascinée, inspirée. Et le livre que je vous recommande aujourd’hui a produit tous ces sentiments ! Il s’agit de Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, un roman graphique d’Emil Ferris publié chez Monsieur Toussaint Louverture. Je n’ai pas été la seule séduite par ce bijou littéraire et artistique. Emil Ferris vient d’obtenir le Fauve d’Or au Festival International de bande dessinée d’Angoulême cette année. Après avoir remporté trois Eisner Awards, récompenses BD aux États-Unis, ainsi que le prix ACBD (Association des critiques et journalistes de bande dessinée) en France en 2018. Un coup de maître pour le premier livre de cette américaine de 56 ans !

Moi ce que j'aime c'est les monstres, bd d'emil ferris editions monsieurs toussaint louverture fauve d'or angouleme

Chicago dans les années 60

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres nous emporte à Chicago, à la fin des années 60 dans le monde de Karen Reyes, une petite fille de dix ans qui comme le titre l’indique adore les monstres, fantômes, vampires et morts-vivants. Pour survivre dans l’Amérique de cette période, elle s’imagine même être un loup-garou. Plus facile que d’être dans la peau d’une petite fille. Lorsque sa voisine se suicide d’une balle en plein cœur, Karen n’y croit pas et décide de mener l’enquête. Entre l’Allemagne nazie du passé de la voisine, son quartier prêt à éclater et les propres secrets de sa famille, elle rencontre des monstres, enfin des êtres humains comme les autres, c’est à dire des hommes et des femmes torturés, pétris de contradictions et de sentiments négatifs.

Journal intime

Les 416 pages couleurs du livre représentent donc le journal intime de la petite fille. Plus de 400 pages de réflexions, d’analyse et de sentiments sur le monde qui l’entoure et sur la manière dont elle l’appréhende. Ces réflexions et émotions sont retranscrites avec des textes assez forts, utilisant le langage d’une petite fille de 10 ans mûre et sans tabou. Mais également en dessins, pleines pages couleurs des scènes de la vie ou de son esprit, croquis des êtres qui l’habitent ou qui évoluent dans son quotidien. Pour mieux comprendre et accepter la réalité, Karen la retranscrit en mots et en dessins telle qu’elle la perçoit dans son esprit. Et le résultat est tout simplement fascinant, bouleversant.

J’ai acheté ce livre à l’automne 2018 et je ne le chronique que plusieurs mois après car j’ai savouré chaque page. Chaque détail d’un dessin riche et foisonnant. J’ai répété chaque mot de son esprit en ébullition permanente. Avec ses yeux, ses mains, son esprit d’enfant, la petite Karen a ouvert en moi la brèche de ma perception du monde. Tel que je le vois et comment je peux le supporter.

Extrait de Moi ce que j'aime c'est les monstres, BD d'emil Ferris aux éditions Monsieur Toussaint Louverture

Roman graphique protéiforme

Moi, Ce que j’aime, c’est les monstres est un un vrai roman : à la fois une enquête, un drame familial, une fiction historique. Mais surtout avec son histoire, Emil Ferris révèle le monstre qui vit dans chaque être opprimé, oublié, écrasé et quelle direction chacun de nous peut lui donner. Livre d’une mineure pour les minorités, pour les femmes ou tout être brimé, il représente un souffle de liberté, une clef pour exister. Les monstres ne sont finalement pas ceux que l’on croit.

La force du récit s’appuie évidemment sur les dessins. Chaque page, chaque dessin représente une œuvre d’art à part entière. Tous les dessins ont été réalisés au stylo bille. Avec des traits déterminés et déterminants. Des coups de stylo posés comme une urgence. Il y a du Crumb, il y a du Sendak dans le trait et l’univers graphique d’Emil Ferris. Mais surtout il y a du Emil Ferris. Un style inimitable et tout simplement subjuguant.

Extrait de Moi ce que j'aime c'est les monstres, BD d'emil Ferris aux éditions Monsieur Toussaint Louverture, Fauve d'Or à Angoulême.

Refusé par plus de 40 éditeurs…

L’impact de cette œuvre s’explique par le génie de son auteur mais aussi par l’histoire de sa création. En 2002, Emil Ferris, mère célibataire et illustratrice, gagne sa vie en dessinant des jouets et en participant à la production de films d’animations. Lors de la fête de son quarantième anniversaire, elle se fait piquer par un moustique et ne reprend connaissance que trois semaines plus tard à l’hôpital. Suite à une méningo-encéphalite, l’une des formes les plus graves du syndrome du Nil occidental. Les médecins lui annoncent qu’elle ne pourra sans doute plus jamais marcher. Pire encore, sa main droite, ne peut plus tenir un stylo…

Sans avenir, installé chez sa mère, Emil Ferris décide de se battre encouragée par sa mère, sa fille et des femmes qui s’occupent de ses soins. Elle recommence le dessin en attachant un stylo à sa main. Puis s’inscrit au Chicago Art Institute, dont elle sortira, diplômée. C’est à cette époque qu’elle commence l’écriture de son roman graphique dont l’idée est bien plus ancienne. Elle mettra six ans à réaliser cette œuvre de 800 pages. Après 48 refus, l’éditeur indépendant Fantagraphics accepte le manuscrit. Le premier tome de Moi, Ce que j’aime, c’est les monstres paraît aux États-Unis en février 2017. Et c’est le succès.

Critiques dithyrambiques méritées

« Emil Ferris est une des plus grandes artistes de bande dessinée de notre temps. » — Art Spiegelman, le pape du roman graphique notamment auteur de la fabuleuse série Maus.

« Une des œuvres les plus profondes, ambitieuses et abouties parues ces dix dernières années, tous supports confondus. Rarement des mots et des images ont fonctionné ensemble de manière aussi fluide au sein d’une histoire de cette complexité. » — Forbes

Cher Monsieur Toussaint Louverture

La version française est éditée par le fabuleux Monsieur Toussaint Louverture, structure éditoriale indépendante fondée en 2014 par Dominique Bordes. À l ‘instar de ce titre, Monsieur Toussaint Louverture s’intéresse aux textes oubliés ou méconnus de littérature étrangère. Par exemple, Le dernier stade de la soif et À l’épreuve de la faim de Frederick Exley ou Enig Marcheur de Russell Hoban.
Preuve de l’originalité et de la qualité des textes, les choix éditoriaux de Dominique Bordes rencontre un public large. Surtout pour une maison d’édition indépendante. Le linguiste était presque parfait, de David Carkeet, a été vendu à plus de 15 000 exemplaires. Karoo sorti en 2012 et maintes fois réimprimé, atteint près de 50 000 exemplaires. Publié en 2013, Et quelquefois j’ai comme une grande idée, de Ken Kesey, l’auteur de Vol au dessus d’un nid de coucou, a lui aussi touché des milliers de lecteurs. Plus de 30 000 en 2015 selon les derniers chiffres trouvés.

Des livres différents et beaux

Monsieur Toussaint Louverture publie peu, seulement 3 ou 4 ouvrages par an. Et seulement 3 BD depuis ses débuts ! Mais des livres différents qui trouvent à chaque fois leur public. Des livres denses qui font la part belle aux perdants et nous font sentir moins seuls. Des livres-objet beaux qui donnent envie de les posséder avant même de les lire (j’ai précommandé chez ma libraire préférée Ce que cela coûte, de W.C. Heinz à paraître début février sans même connaitre le sujet…). Format, typo, papier, grammage, rabat, couverture, rien n’est laissé au hasard. C’est encore le cas avec le livre premier de Moi ce que j’aime c’est les monstres. Déjà réédité plusieurs fois, sélectionné parmi les « 100 livres de l’année » du magazine Lire. Distingué par de nombreux prix. Merci Monsieur Toussaint Louverture. Vivement le livre second !

Je précise que vous pouvez devenir l’heureux propriétaire de cette œuvre d’art pour la modique somme de 34,90 € ! Et je vais finir par saluer le travail de Jean-Charles Khalifa, le traducteur ainsi que le lettrage à la main de Amandine Boucher et Emmanuel Justo .

Moi, Ce que j’aime, c’est les monstres, d’Emil Ferris, Éditions Monsieur Toussant Louverture, 34,90 €.


Fake news, de manu larcenet

recueil inclassable et magnifique

Je voulais partager mon gros coup de cœur pour Fake news du talentueux Manu Larcenet publié aux éditions Les Rêveurs. Ce n’est pas un roman, pas une bd, pas un essai, c’est un recueil inclassable, riche, drôle et émouvant.

Alors pourquoi inclassable ? Car ce n’est pas une BD ou un roman graphique classique. Il s’agit d’un recueil de dessins de Manu Larcenet accompagnés chacun d’une fake news. Cette expression, très utilisée par un président orangé, signifie littéralement en anglais fausse nouvelle, fausse actu.

[ Digression ]

Mais l’expression chère à Donald Trump retranscrit aussi le caractère délibérée de la fausse information comme l’explique le Journal Officiel : information « mensongère ou délibérément biaisée », servant par exemple « à défavoriser un parti politique, à entacher la réputation d’une personnalité ou d’une entreprise, ou à contrer une vérité scientifique établie ». Alors comme la traduire ? La commission d’enrichissement de la langue française a tranché, après plusieurs mois, pour traduire « fake news » par le terme « information fallacieuse » ou par le néologisme « infox », forgé à partir des mots « information » et « intoxication ». Cette digression explique sûrement pourquoi Manu Larcenet a préféré utilisé l’expression en anglais !

Fake News authentiques de Manu Larcenet aux éditions Les Reveurs.
© Les Rêveurs

Fake news authentiques

Manu Larcenet nous propose 200 pages de Fake News en précisant dès le début de l’ouvrage que dans un soucis de totale honnêteté vis à vis du lecteur, « toutes les fakes news présentées dans cet ouvrage sont absolument authentiques ». Un soucis de transparence qui rassure le lecteur sur la teneur de la suite ! Histoire, art, politique, extrémisme, religion, économie, Manu Larcenet nous distille ses fausses actus sur tous les sujets. Stéréotypes plus vrais que nature d’articles de presse, ces fake news se moquent, divertissent et dénoncent.

Pour vous donner une idée de l’absurde et de la drôlerie de ces news, voici quelques titres :
– Atteint de la maladie d’Alzheimer, le président du groupe Laure et HALL, leader du marché des cosmétiques, lègue sa fortune à un promeneur.
– Apparition puis disparition de la vierge.
– Le gouvernement s’attaque au sujet sensible des toiles d’araignées.
Et pour vous donner le ton de ces fake news, voilà celle de la page 63 :
 » Proche orient
Le prince saoudien Ahmed Ben Iznogoud vient d’autoriser les femmes à conduire et a promis qu’elles pourraient aussi acheter de l’essence dans moins de 200 ans. « 

Le dessin en point de départ

Pour la forme, un dessin, une illustration accompagne chaque actu. Il faut savoir que Manu Larcenet a d’abord réalisé les dessins et ce sont ces dessins qui lui ont inspiré les textes. Des illustrations magnifiques dans le trait, les détails, les expressions, les couleurs. Des dessins à l’image des textes, parfois sombres, parfois colorés, mais aussi drôles, poétiques, inspirants. J’ai lu sur le site de l’éditeur Les rêveurs que Manu Larcenet avaient réalisé tous les dessins à la tablette ! Mais en observant le trait, j’ai du mal à y croire ! Le rendu apparait encore plus incroyable.

Dessins somptueux de Manu Larcenet publiés aux éditions Les Rêveurs.
© Les Rêveurs


Ce titre n’est pas un coup d’essai de Manu Larcenet pour le genre du livre de dessins accompagnés de textes. Il avait déjà publié les sublimes Peu de gens savent en 2010 puis Nombreux sont ceux qui ignorent en 2012.
Avec ces livres, il représente pour moi l’un des auteurs les plus brillants de la bande dessinée aujourd’hui.
Il a déjà le mérité de m’avoir fait aimé ce genre littéraire, moi lectrice septique de la BD belge. J’ai dévoré Le retour à la terre, avec Jean-Yves Ferri au scénario. J’ai succombé à l’émotion du Combat ordinaire. Et j’ai été subjugué par la série Blast achevée en 2014. Et ce ne sont que quelques titres parmi tous ceux qu’il a réalisé !

Expérimentation supplémentaire

Par la force de son dessin, ses idées, Manu Larcenet nous rend moins cons, moins moches, nous touchent et c’est encore le cas avec son recueil Fake News, publié chez Les Rêveurs, la maison d’édition qu’il a cofondée avec Nicolas Lebedel en 1997. Une structure d’édition créée pour expérimenter. Et quand vous vous plongez dans leur catalogue, tout comme dans ce livre, vous réalisez que les textes, le dessin non formatés représentent vraiment une bouffée d’air frais. Pas un caprice de bobo : chacun de leur ouvrage est réfléchi, justifié. Vous pouvez découvrir leurs publications sur leur site.

Parallèlement à la sortie de Fake news de Manu Larcenet en octobre 2018, ils ont également publié fin août Krazy Kat, George Herriman Une vie en noir et blanc, par Michael Tisserand, la première biographie en Français de George Herriman, auteur majeur de comic strip. Et en septembre, Mutts – Dimanches Soir de Patrick McDonnell, le troisième recueil inédit en France des strips du dimanche en couleur, des années 2003 et 2004 qui mettent en scène un chien Earl et un chat Mooch.

en réimpression !

Les Rêveurs, c’est donc une petite maison d’édition qui publie peu mais bien. Chacun de leur ouvrage est également parfaitement réalisé. On sent les amoureux de l’objet livre. Fake News présente une magnifique couverture couleur cartonné et un signet, ruban qui fait office de marque page et permet de ne pas abimer ce travail sublime. J’ai lu fin 2018 que Manu Larcenet s’étonnait sur sa page Facebook de la démesure du tirage initial – 8 000 exemplaires pour ce titre -, doutant que le recueil atteigne autant de lecteurs. Et d’annoncer ensuite que ce tirage initial était épuisé ! Bonne nouvelle pour cet ouvrage et cette maison d’édition qui le méritent.

Fake News de Manu Larcenet, éditions les Rêveurs, un beau livre.
© Les Rêveurs


Sur le Net, j’ai aussi appris que Manu Larcenet travaillait sur un nouveau tome du retour à la terre, 10 ans après le dernier. J’espère que ce n’est pas une infox ! En attendant ce prochain plaisir, régalez-vous des ces authentiques fake news !

Fake News, Manu Larcenet, éditions Les Rêveurs, octobre 2018, 22 €.

Le Livre du Lykke, de Meik Wiking

(à prononcer Lu-Keu)

Mes lectures oscillent entre romans noirs torturés et livres que l’on pourrait classer de manière très péjorative dans le rayon Développement personnel. Ces 2 types de lectures a priori antinomiques sont au contraire tout à fait cohérentes : je me rassure avec les aventures d’être tordus ou névrosés qui me démontrent que je ne suis pas si paumée. Et j’essaye de moins l’être avec des essais au contenu positif. C’est dans le cadre de ma quête de sérénité que je me suis plongée dans les 285 pages du Livre du Lykke (à prononcer Lu-Keu selon l’indication de l’éditeur français). Tour du monde du bonheur de Meik Wiking publié dans la collection L’optimiste chez First Éditions. Une révélation !

le livre du Lykke, livre feel good

Voyage chez les cultivateurs du bonheur

Lykke signifie bonheur en Danois. Son auteur Meik Wiking est le directeur de l’Institut de recherche sur le bonheur de Copenhague au Danemark. Cet institut très sérieux effectue des recherches pour mesurer, comprendre et créer du bonheur. Meik Wiking a déjà publié en 2016 le livre du Hygge (prononcez houga) où il questionnait les habitudes qui font le bonheur des Danois. Surtout, il livrait les secrets de cet art de vivre célèbre dans le monde entier. Après en avoir vendu 50 000 exemplaires et été traduit dans 33 pays, ce spécialiste du bonheur revient avec un tour du monde des gens heureux. Car si le Danemark est certainement le pays où il fait bon vivre et où ses habitants cultivent le plus le bonheur, d’autres populations, communautés ont développé des moyens d’être heureux. Et ce voyage est tout simplement passionnant, inspirant, émouvant.

D’abord parce que l’auteur, contrairement à la majorité des livres de développement personnel, ne claironne aucune injonction. Pas de  » arrêtez de fumer, de crier, de manger, de vous énerver ». Pas de  » positivez, inspirez, méditez  » ! Le Danois présente les dénominateurs communs du bonheur à travers des expériences de vie dans le monde entier et classés en 6 thématiques : être ensemble, l’argent, la santé, la liberté, la confiance et la bonté. Il explique que dans un rapport mondial sur le bonheur, 4 points séparent les pays les plus heureux des pays les moins heureux. Et 3 de ces points s’expliquent par ces 6 facteurs. L’auteur propose donc une sorte de carte au trésor du bonheur. Une présentation des causes et effets du bonheur pour améliorer sa qualité de vie.

Le bonheur, ça se mesure ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, Meik Viking a la bonne idée de répondre à une question pertinente : comment mesurer le bonheur ? Contrairement à une idée reçue le Pib par habitant n’est pas un miroir de la qualité de vie et donc du bonheur. Le Pib est un critère objectif alors que le bonheur reste subjectif. Alors comment déterminer, évaluer cet état si subjectif ? Il s’agit de mesurer le ressenti de chaque individu en comprenant le pourquoi de ce ressenti. Il existe plusieurs dimensions dans le bonheur : la dimension affective, c’est à dire l’émotion à l’instant T, notre quotidien. La dimension cognitive, c’est notre état de bonheur en général avec du recul. Et il existe une troisième dimension appelée eudémonie qui se base sur la perception du bonheur selon Aristote : une bonne vie est une vie qui a du sens et un but. Évidemment, ces 3 dimensions sont liées. Et l’Institut de recherche sur le bonheur étudie des sujets sur le long terme à travers ces différentes dimensions.

Être ensemble

Meik Viking démarre avec le premier pilier qui permet d’accéder au bonheur : être ensemble. C’est-à-dire le renforcement des liens, le sentiment de communauté. Les gens plus heureux ont un fort sens de la communauté, ils ont quelqu’un sur qui compter. Notamment, l’auteur cite l’exemple des Bo Faellesskabdes, communautés d’habitations indépendantes où chacun a sa maison mais propose en commun un jardin, une cuisine, une salle à manger. Ces communautés se sont multipliées à hauteur de 20 % ces 6 dernières années. Et elles n’existent plus seulement dans les pays nordiques mais aussi au Canada, en Australie, au Japon, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume Uni. Un mode de vie génial pour les enfants et les personnes âgées car il renforce le lien social et l’entraide. En bref, ça fait du bien a tout le monde et ça simplifie la logistique du quotidien !

L’argent ne fait pas le bonheur mais un peu quand même

Dans le chapitre sur l’argent, on imagine bien que selon le dicton, l’argent ne fait pas le bonheur. Mais ce n’est pas si simple. Car il y a une corrélation entre revenus et bonheur. Le problème se pose autrement. Epitecte, le philosophe stoïcien de la Grèce antique disait : « la richesse n’est pas de posséder beaucoup mais de désirer peu ». Dans cet ordre d’idée, L’auteur nous rapporte l’expérience de Michele Mac Gath, journaliste anglaise qui a passé une année sans dépenser une livre. Elle raconte dans son livre L’année sans achats qu’en dépensant moins elle a vécu plus. Elle est devenue plus aventureuse et plus heureuse.

L’auteur prend également en exemple la loi de Jante qui existe au Danemark mais également dans d’autres pays nordiques : cette loi qui signifie que « Tu n’es pas mieux que nous » est issue d’un roman écrit en 1933 par le Dano-norvégien Aksel Sandemose. Roman qui célèbre la critique de ceux qui ayant un statut social élevé se croient meilleurs. Concrètement, cette loi a pour objet de freiner la consommation ostentatoire avec par exemple une taxe voiture de 150 %. Cette loi réprime l’exposition de la richesse qui se révèlerait négative. Mais en y réfléchissant, il n’est pas tant question d’argent mais plutôt d’humilité. Finalement, rien ne vous empêche d’être riche si cette caractéristique ne conditionne pas votre manière de vivre et votre bonheur.

le livre du lykke, chronique

 

Ajoutez une pincée de santé, liberté, confiance et bonté…

Après le vivre ensemble, l’agent, l’auteur rapporte d’autres expériences à travers le monde qui expliquent les facteurs du bonheur dans le domaine de la santé, la liberté, la confiance et la bonté. Impossible de vous en donner un aperçu sans trahir la richesse du livre. Car à travers ces thématiques, il traite également de l’éducation, de la famille, du travail, de l’égalité entre les hommes et les femmes. Une véritable étude complète et sans frontière qui se conclue par un dernier chapitre : Assembler les pièces. Car toutes ces thématiques sont dépendantes les unes des autres pour augmenter sa qualité de vie.

Source d’inspiration

Le Livre du Lykke va bien au-delà du développement personnel. Toujours positif et sans juger, Meik Wiking a écrit une étude globale de modes de vie rayonnants. Des styles de vie dans l’ère du temps qui aspirent à la fois à plus de simplicité (modes de consommation, rythme de vie) et plus de richesse (empathie, partage, ouverture d’esprit). Mais l’intérêt du livre réside dans la multiplicité des démarches et de leur efficacité. À chaque lecteur de s’inspirer d’une expérience ou d’une idée pour l’adapter à son envie, ses moyens, sa réalité. Surtout ce livre permet de ne pas (trop) céder à la peur ou au cynisme face à notre monde anxiogène. Une fois la dernière page tournée, je n’ai pas fait mon paquetage pour aller vivre dans une communauté. Mais les bouffées d’oxygène et d’inspiration ressenties tout au long de la lecture m’accompagnent aujourd’hui dans mon quotidien. Et ça fait du bien.

Le Livre du Lykke, de Meik Wiking, 288 pages, 14,95 €, First Editions.

Salut à toi ô mon frère

Polar fantasque de Marin Ledun

Immense coup de cœur pour le dernier roman de Marin Ledun, Salut à toi ô mon frère, paru en mai dans la collection Série Noire de Gallimard.

Dans Délivrez-moi, l’émission que je coanime sur Wave Radio, j’ai eu le plaisir de recevoir Marin Ledun, auteur prolifique de romans noirs, tous les ans pour chaque nouvelle parution. Les visages écrasés (adapté au cinéma avec Isabelle Adjani) sur la souffrance au travail, L’Homme qui a vu l’homme sur la question basque ou encore En douce, huis-clos sur fond de vengeance… Quelques titres parmi tous ces romans que j’attends fébrilement. Et que j’adore sans restriction. Emportée par le rythme et le souffle de ses fictions sociales très sombres, séduite par l’atmosphère inédite et les messages subliminaux que l’auteur distille subtilement dans son intrigue. Alors, quand l’un de mes auteurs fétiches revient en librairie quelques mois seulement après la sortie de Ils ont voulu nous civiliser avec un nouveau roman publié – en outre – chez Gallimard, dans la mythique collection Série noire, je trépigne !

Smala haute en couleurs

Et je me prends une nouvelle claque…. Littérale et littéraire. Marin Ledun avait pour habitude de nous embarquer dans des histoires dramatiques subies par des êtres en perdition. Et ce parti-pris me convenait tout à fait : tout en provoquant une réflexion sur ces questions de société, ces anti-héros avaient presque le mérite de me faire sentir normal (ou pas si névrosée). Des romans noirs qui font du bien !

Dans Salut à toi ô mon frère, il redistribue les cartes : Gus, un jeune de 17 ans, impliqué dans un vol à main armé a disparu. La police enquête. On est bien dans roman policier. Mais le jeune homme n’a pas le profil du laissé-pour-compte auquel nous avait habitué l’auteur. Cadet d’une fratrie de six enfants, il est apprécié pour sa gentillesse. Et si la famille nombreuse n’est pas la famille parfaite, ces tempéraments originaux débordent d’amour les uns pour les autres. Une smala qui n’est pas sans rappeler la famille Malaussène de Daniel Pennac.

Polar sur le racisme ordinaire

Marin Ledun change de registre avec cette tribu fantasque. L’enquête et cette drôle de famille nous sont racontés par la voix la plus raisonnable de la smala, Rose, l’aînée des filles et lectrice de grands auteurs dans un salon de coiffure. Avec elle, on s’insurge contre les préjugés qui accablent son frère adopté. On s’amuse (et parfois se désole) des frasques de sa mère, pasonaria incontrôlable, ou de la bonhomie du père. Comme dans tous ces romans, Marin Ledun nous embarque dans son histoire que l’on dévore pour en connaître l’issue. Comme dans toutes ces fictions, il sème finement des réflexions sociétales. Ici, comme l’indique le titre du roman emprunté à la chanson de Bérurier noir, le racisme ordinaire. Qui malheureusement reste d’actualité 33 ans après la sortie de la chanson…


Mais dans ce roman, il est aussi question d’éducation, du respect de l’autorité, des préjugés et de la normalisation de la société. Cette fois-ci, il nous amuse en plus ! Presque chaque page a provoqué un sourire ou un rire. Une vrai lecture plaisir. Une récréation dans ce monde de bruts. Un régal. Merci Marin Ledun.

Salut à toi ô mon frère, de Marin Ledun, 288 pages, 19 €, Gallimard.

Pour en savoir plus : interview de Marin Ledun dans Délivrez-moi en juillet 2018.

Vous pouvez être ce que vous voulez être

Guide de Paul Arden, Editions Phaidon

Vous pouvez être ce que vous voulez être. Ce n’est pas moi qui le dit mais Paul Arden. J’ai reçu en cadeau ce livre (merci Justine !). Une excellente idée car j’adore recevoir des livres. Ce sont des beaux objets. Et souvent, je suis surprise par un titre que je n’aurai pas choisi. C’est le cas avec celui-ci ! Ce livre est un beau cadeau d’abord parce que c’est un beau livre publié par les éditions Phaidon. Cette maison d’édition de livres d’art, beaux livres et livres jeunesse, fondée à Vienne et désormais basée à Londres, propose certains de ses titres en Français. Comme Vous pouvez être ce que vous voulez.

Vous pouvez être ce que vous lauez de Paul Arden chronique

Un beau livre

Dans un format semi poche, C’est un beau livre : il présente une très belle couverture blanche avec la typo du titre et de l’auteur noire et dorée. Sobre, élégant. Sur la couverture, l’éditeur indique également que c’est le livre le plus vendu au monde. Argument marketing ? Car je n’ai pas trouvé de chiffres de vente pour confirmer cette affirmation. Le livre représente toutefois ce que l’on peut appelé un succès d’édition : la première édition française date de 2004 et il a été plusieurs fois réinprimé. Et ce, tous les ans depuis 2004 ! La conception graphique au fil des pages est très séduisante aussi. Beaucoup de photos d’archives, d’illustrations, une maquette aérée et variée… C’est vraiment un livre très agréable à feuilleter.

Un livre inclassable

Pour ce qui est du contenu, Vous pouvez être ce que vous voulez être m’a largement séduite. Par le concept déjà. Contrairement à ce que peut indiquer le titre, ce n’est pas vraiment un livre à classer dans le rayon développement personnel. C’est un livre inclassable en fait. Selon la quatrième de couverture, il est, je cite,  » un guide concis pour tirer le meilleur parti de soi-même, une bible de poche qui permettra aux timides talentueux de penser l’impensable et de rendre possible l’impossible. »

Concrètement, ça veut dire quoi ? L’auteur Paul Arden nous explique en 128 pages comment bien réussir professionnellement. Il pose les bases : l’énergie, la remise en cause, le partage, le courage, la clairvoyance, l’humilité, la persévérance… Le tout mêlé à un grain de folie, d’inconscience. L’auteur anglais entre dans le vif du sujet avec des situations concrètes et des conseils. Comment se mettre en valeur, comment bien se vendre, s’entourer, communiquer.

Lecture positive pour vie positive

Vous pouvez être ce que vous voulez être représente donc une sorte de guide pour bien réussir, des plus timides aux moins confiants. Ils démarrent d’ailleurs par cette phrase :  » La plupart des gens riches et puissants ne sont pas particulièrement doués, sympathiques, cultivés ou beaux. Ils deviennent riches et puissants parce qu’ils veulent être riches et puissants. «  Je rejoins assez l’auteur à propos de cette considération. C’est là que vous vous dites : ce livre n’est pas pour moi, je n’ai pas du tout pour l’intention de devenir ambitieux et puissant. Je vous rassure, moi non plus. Pourtant ce livre m’a intéressée car il dégage une énergie positive.

Vous pouvez être ce que vous voulez de Paul Arden, un guide inspirant.

Je vous autorise – tout comme moi – à faire l’impasse des passages très professionnels (sauf si vous bossez dans la pub ou le commerce). Sautez des pages (droit n°2 du lecteur selon Daniel Pennac) pour vous concentrer sur de bons conseils de vie, des suggestions hygiéniques en quelque sorte. On a tous la tête dans le guidon du boulot, de la famille, de la vie quotidienne. On court à droite, à gauche. Et parfois on se sent oppressé, on se prend la tête, on a eu mal à passer une épreuve. Ce livre a le mérite de nous aider à remettre les choses en perspective, à nous remettre en cause. Sa lecture agréable permet – en douceur – de sortir des automatismes qui souvent nous freinent, nous bloquent ou nous font souffrir.

Source d’inspiration

C’est en plus un livre inspirant car tout au long des pages, les photos, les illustrations, les citations d’auteurs, hommes politiques ou entrepreneurs inspirent l’envie, provoque l’impulsion. Lire un bon mot, voir une belle image, méditer une pensée juste… Cela suffit parfois pour nous permettre de rebondir ou provoquer au moins un souffle. L’auteur utilise plusieurs langages pour faire passer son message. Et cela fonctionne ! Ces différents médias rendent la lecture attrayante et facilitent l’intégration des idées.

Expérience d’un créateur génial

Son auteur Paul arden est né en 1948 et décédé en 2008. Il a œuvré pendant presque 20 ans dans la pub avant de devenir directeur de création. Et de compter à son actif des campagnes pub réussies en Angleterre comme celle de British Airways, Fuji, ou des slogans mémorables pour Toyota ou le journal The Independant. Il a ensuite fondé une société de production cinématographique à Londres. L’un de ses collègues publicitaires Roger Kennedy a dit de lui :  » Brillant, féroce, charmant, coléreux, totalement imprévisible, c’est un original au dynamisme et à l’énergie hors du commun, un créateur génial doué d’un rare bon sens et d’un sens commun, disons hors du commum.  » C’est exactement ce que j’ai ressenti à la lecture ! Si vous avez besoin de dynamisme, d’énergie, de bons sens, foncez le lire !

Vous pouvez être ce que vous voulez être, de Paul Arden, 128 pages, 9,95 €, Editions Phaidon.

Les Garçons de l’été, de Rebecca Lighieri, Editions P.O.L

Quand la chronique de mœurs vire au thriller

Parmi les romans lus cette année, j’ai adoré Les Garçons de l’été, de Rebecca Lighieri. Paru en janvier 2017 chez les éditions P.O.L, son titre m’a incité à le faire patienter gentiment dans ma « PAL » pour faire partie de mes lectures d’été. Et suite à un – léger – retard dans mes chroniques de livres… là voilà !

Les garçons de l'été de Rebecca Lighieri aux éditions POL : Chronique

Les Garçons de l’été, ce sont Thadée et Zachée, deux jeunes et beaux garçons d’Hossegor, deux dieux du surf. Ils ont grandi dans le Sud des Landes, la « Landifornie » dans une famille au train de vie confortable. Ils ont été bichonnés et sont admirés pour leur beauté, leur assurance, leur lifestyle de surfeur. Jusqu’au jour où, lors d’un surftrip à La Réunion, Thadée est victime d’une attaque de requin et se retrouve mutilé.
La vie de rêve de cette famille bien sous tout rapport s’effondre. L’auteur Rebecca Lighieri fait basculer son roman plutôt chronique de mœurs en thriller oppressant. Et c’est magistralement réussi.

Famille riche d’Hossegor cherche… humanité

Je dois vous avouer que dès le début du roman, j’ai été agacée par les personnages. Mylène, la mère au foyer bourgeoise, si dévouée à ses enfants qu’elle devient ridicule tant son amour maternel est aveuglant. Le mari, pharmacien, de prime abord gentillet. Puis finalement médiocre au vu de son manque d’implication dans sa vie paternelle et matrimoniale qu’il comble en trompant sa femme. Et les 2 garçons. Pétris de nonchalance, immaturité, arrogance, dans leur manière d’être, de gérer les rapports humains ou d’envisager leur vie. Considérés comme des demi-dieux par leur mère, les deux frangins sont loin de me faire rêver comme progéniture… Bref, un magnifique stéréotype de la famille CSP+ d’Hossegor. Et je peux vous dire que, lorsque l’on vit près d’Hossegor, un tel portrait de famille a de quoi agacer : j’en croise assez dans le Sud des Landes pour ne pas avoir envie de lire leurs mésaventures…

Tragédie grecque

Donc j’avance dans la lecture de ce roman qui s’annonce comme un drame familial en sourcillant parfois. Et petit à petit, au fil des pages, ce livre qui sent bon les embruns, le surf et l’été me happe. Car cette chronique familiale se transforme en tragédie grecque. Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser profiter du suspens. Mais la plongée de l’intrigue dans le noir (très noir) rend addictive la lecture. L’auteur malmène ses personnages de toutes parts. Agaçants dans les premiers chapitres, la déchéance de ces êtres médiocres finit par nous faire éprouver une certaine empathie. Ils payent cher leur arrogance ou leur lâcheté. Et cette réinterprétation moderne du mythe d’Abel et Caïn sublime férocement nos contradictions, notre égocentrisme. Elle balaye à la manière d’un ouragan nos manies insupportables d’êtres humains modernes.

Je n’ai pas été surprise à la lecture d’une interview de l’auteur dans Les Inrocks de découvrir que Rebecca Lighieri avait à l’esprit deux références cinématographiques pendant l’écriture du roman : Endless summer et Stephen King. Car on retrouve bien dans son œuvre l’insouciance et l’obsession du surfeur égoïste en quête de la vague parfaite traitées dans le film de Bruce Brown. Mais également l’angoisse suscitée par les dérapages humains propre à la littérature de l’auteur américain.

Un auteur, deux genres littéraires

Rebecca Lighieri est le pseudo de Emmanuelle Bayamack-Tam, auteur d’un dizaine de romans dont La princesse de. et de Je viens. Sous son nom d’emprunt Rebecca Lighieri, elle avait déjà publié Husbands et une nouvelle. Elle choisit son nom d’auteur selon le genre du roman. Emmanuelle Bayamack-Tam pour les histoires plus poétiques, Rebecca Lighieri pour les romans noirs. Le ton et l’écriture changent aussi. Rebecca Lighieri va droit au but et ne s’encombre pas de figure stylistique. Son style est direct, percutant. Il est là pour accompagner l’aspect essentiel du roman : le noir, l’intrigue, l’horreur.

Fiction moderne et universelle

Les Garçons de l’été se révèle donc une réussite assez étonnante : une littérature noire qui met en lumière les aspects les plus sombres de notre humanité dans un décor de rêve. Un roman qui ne s’encombre pas de fioritures pour dépeindre le côté le plus animal de l’homme, dans sa sexualité, son agressivité, l’image qu’il renvoit. Une fiction captivante qui dérange souvent mais séduit par la finesse et la justesse du propos.

Rebecca Lighieri est une visionnaire pertinente des travers de notre monde : la dislocation des liens, la disparition de l’empathie, le repli sur soi. Les monologues de ses personnages accablants résonnent comme des tragédies, sans poésie, en toute cruauté. Moderne, ce roman se trouve dans l’actualité car il aborde indirectement la « crise requins » qui agite l’île de La Réunion. Universel, il peint les dérives de l’homme contemporain de moins en moins dans l’humanité. Une histoire violente, dérangeante mais indispensable à notre survie dans ce monde de brutes occidentales !

Les Garçons de l’été, de Rebecca Lighieri, 448 pages, 19 €, Editions P.O.L
Prix littéraire de la ville d’Arcachon 2017

1000 Vaches, Editions Père Fouettard

Un album jeunesse qui sent bon l’herbe fraîche !

Entre la pub télé d’un supermarché qui essaye de se racheter une conscience en expliquant qu’ils vendent du poulet sans anti-bio et le salon de l’agriculture (plus grande ferme ou foire de France ?) qui se tenait il y a peu à Paris, j’ai eu envie de vous parler d’un livre jeunesse sorti récemment. Un album qui sent le bon lait frais, l’herbe des pâturages, et qui rappelle le goût des choses simples : 1000 Vaches, de Adèle Tariel et Julie de Terssac, Éditions Père Fouettard. Une histoire à lire aux enfants dès 4 ans et à faire lire seul aux plus grands !

1000 vaches un album jeunesse qui fait réfléchir les enfants !

C’est l’histoire d’un fermier qui coule des jours heureux auprès de ses trois vaches. Il produit du bon lait qu’il a plaisir à échanger contre du pain ou des services. Ce métier lui procure à la fois de quoi vivre et le temps de profiter de la vie, bichonner ses vaches, voir ses amis. Quand un homme en costume arrive un matin à la ferme et trouve le lait délicieux, il l’incite à produire plus. Produire plus de lait, toujours plus. Donc avec plus de vaches, mais aussi de nouvelles machines plus performantes, des bâtiments plus grands. Pour satisfaire la demande grandissante des consommateurs enthousiastes. Mais ce passage dans le « toujours plus » bouleverse le quotidien du fermier et de ses bêtes.

Produire plus mais à quel prix ?

Cet album fait évidemment référence à La ferme des mille vaches, une exploitation bovine laitière industrielle, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France. Un exemple malheureux de l’agriculture intensive. Surtout un modèle très controversé car il frappe par ses dimensions sans précédent en France. Ses opposants critiquent le fort impact de cette exploitation sur l’environnement.Une enquête publique est d’ailleurs en cours.

Ce livre jeunesse pose donc la question : produire plus, oui, mais à quel prix ? Et pas de n’importe quel manière. Cette question philosophique et sociétale qui aborde plusieurs thèmes comme la santé, le bien vivre et le respect de l’environnement est traité avec beaucoup de simplicité et d’humour. De simplicité grace à un ton innocent et descriptif. Adèle Tariel, l’auteur, raconte l’histoire de ce fermier embarqué dans l’agriculture intensive sans jugement, en décrivant seulement les conséquences pour lui, la nature ou les vaches. Une présentation de faits complexes mais avec des mots simples et sans prendre partie par une journaliste du média à destination des enfants Mon Quotidien. Avant 1000 vaches, Adèle Tariel a déjà scénarisé des albums aux éditions Ricochet, Kilowatt et Talents Hauts.

Faire réfléchir les enfants avec humour et poésie

Et l’auteur aborde ce sujet un peu compliqué et parfois triste avec humour et poésie. Le fermier par exemple aime tellement ses vaches qu’il leur donne des prénoms : Mariette, ginette et Georgette. Quand il en achète plus, encore et encore, il continue à leur trouver de jolis prénoms en « ette ». Mais la tâche se complique avec le nombre grandissant de vaches et il se met à trouver des prénoms de plus en plus étonnants : Grossestête, Perdlatête… Puis à court d’inspiration, il finit par leur donner des numéros. 1000 vaches est vraiment un bel album sensible et authentique sur la production raisonnée et le respect des animaux.

C’est aussi un album gai et coloré avec les illustrations de Julie de Terssac, une artiste illustratrice bordelaise. Des illustrations originales de dessins acrylique, collages, peinture, crayons, des traits ronds et suspendus un peu naïf. Un très joli album dans le fond et dans la forme, publié par les éditions Père Fouettard.

1000 vaches publié aux éditions Père Fouettard un album jeunesse drole et poétique qui aborde la surproduction.

Un éditeur qui nous raconte pas d’histoires !

Fondé en 2014 dans le Bas-Rhin, cette maison d’édition jeunesse (dont le nom est tout une promesse !) veut voir les enfants  » lire, rire, s’amuser, s’émerveiller, et surtout apprendre à réfléchir par eux-mêmes, à développer autonomie, responsabilité, respect sans oublier de rêver « . Une maison d’édition de livres jeunesse mais pas que lancée et tenue par des artistes du monde entier. Une belle illustration de la diversité de la production internationale, des histoires aux résonances universelles. Ils ont une démarche éthique de maison indépendante : une impression locale avec des matériaux non-agressifs pour l’environnement, et des conditions de travail respectueuses de l’humain. Pour offrir aux enfants des livres fabriqués proprement, près de chez eux, limitant notre empreinte écologique. Bref un éditeur qui nous raconte des histoires mais au sens propre pas figuré.

Manque plus que vous achetiez cet album chez un libraire indépendant et on sera bien 😉

1000 Vaches, de Adèle Tariel et Julie de Terssac, 32 pages, 13 €, Éditions Père Fouettard.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dans la forêt, de Jean Hegland

Roman bouleversant des éditions Gallmeister

Dans la forêt… Il existe des livres qui vous interpellent si bien que vous avez hâte de les retrouver le soir après votre journée de travail. Des romans dont vous dévorez les 250 premières pages en quelques heures puis faites durer le plaisir des 50 dernières sur plusieurs soirées… Dans la forêt, de Jean Hegland, fait indéniablement partie de ceux là.

Dans la forêt, roman de Jean Hegland paru aux editions GallmeisterJ’avais envie de le lire car je fonce toujours les yeux fermés pour une publication des éditions Gallmeister. Et j’étais intriguée car le roman de l’américaine publié dans son pays en 1996 n’avait jamais connu d’édition française. J’en ai déduit que si Gallmeister nous propose sa traduction 20 ans après, c’est que le texte promettait d’être une belle découverte. Et c’est plus que le cas.

Dans la forêt est classé dans la collection Nature writing de l’éditeur car la nature tient lieu de personnage central dans cette fiction qui pourrait aussi être sommairement classée dans le genre roman d’anticipation. Je m’explique. L’amérique est en pleine apocalypse sur fond de crise énergétique, épidémies, catastrophe naturelle. L’auteur reste mystérieuse sur les causes et les détails de cette déroute car ce n’est pas le thème du roman. Le sujet du livre résulte des conséquences. Tout est fermé, les écoles, les banques, les commerces. Il n’y a plus d’électricité, Internet, ni d’essence. Et cette déroute nous est conté par la voix de Nell, une jeune fille de 17 ans qui vit au cœur de la forêt avec sa sœur Eva âgée de 18 ans. La première devait connaître un brillant avenir intellectuel puisque pratiquement admise à Harvard. Sa sœur se dirigeait vers une carrière artistique de danseuse.

Survivre à la déchéance de l’humanité

Sauf que leur avenir change de route avec l’effondrement de la civilisation. Elles vivent dans la forêt depuis toujours car elevées par des parents bohèmes et à contre-courant de la société de consommation américaine. Elles ont été habituées à un mode de vie alternatif. D’ailleurs, toute cette partie me fait penser au récent film de Matt Roos sorti en 2016 Captain fantastic sur l’histoire d’un père qui souhaite élever ses enfants en dehors de tous contacts négatifs avec la civilisation. Bref, Nell et Eva sont habituées à vivre plus ou moins en autarcie au cœur de la nature. Pourtant lorsque la crise dure, que leur parents disparaissent, elles vont devoir se débrouiller seules. Pour survivre, pour s’adapter à ce bouleversement de destinée. Et même des êtres humains mieux préparés que le commun des mortels à la survie de l’humanité vont connaître la peur, le doute, la colère…

Roman initiatique et manuel de survie

Je ne vous en dis pas plus, ce serait gâter le plaisir de lecture de ce roman magnifique. A la fois roman initiatique et manuel de curiosités naturelles, mais aussi revisite du mythe de robinson ou de l’enfant sauvage. Cette fiction passionnante est le journal intime d’un jeune fille de 17 ans déboussolée  – comme souvent – par le passage à l’âge adulte mais aussi les conséquences de l’effondrement de la civilisation (c’est moins courant). Dans la forêt est un manuel de survie. Adaptation au déclin , survie à nos chimères. Un guide profond vers l’essentiel, la communion avec la nature et les élements. Le tout porté par la voix d’une femme, ce qui reste rare en nature writing ou dans les romans d’anticipation. Cela confère à cette œuvre intense une espèce de sensualité et d’acceptation à l’horreur, à la dureté, à la résiliation.

La forêt : personnage central

L’écriture n’y est pas pour rien dans cette plongée littéraire. Beaucoup d’humilité et de sobriété dans le style qui respire l’authenticité. C’est un journal de bord d’une jeune fille teintée de son innocence. Elle nous livre son ressenti sur un ton à la fois personnel et encyclopédique, un récit ambivalent touchant de naïveté et de maturité. Surtout, au-delà de l’écriture sans faux-semblants et des personnages très attachants, ce roman classé dans la collection Nature Writing fait de la forêt un personnage central. Nature omniprésente dans l’action, dans les descriptions, dans l’atmosphère. Nature hostile mais aussi bien bienveillante. Quand on lit le roman, on sent la terre, on sent l’humidité, on sent la forêt. Une vraie bouffée d’air frais, naturelle et humaine. Un roman fabuleux !

Merci aux éditions Gallmeister d’avoir eu la bonne idée d’importer ce texte en France sorti aux Etats-Unis en 1996. Jean Hegland a publié d’autres titres dans son pays depuis. J’espère que l’ éditeur français poursuivra la traduction des œuvres de l’auteure américaine. Une écrivaine à suivre !

Adapté au cinéma

Le livre a été adapté au cinéma avec Ellen Page et Evan Rachel Wood dans les rôles principaux. Sorti en juillet 2016 aux Etats-Unis, il devrait arriver en France prochainement. S’il est évident que le roman représente une excellente base pour un scénario, je ne suis pas convaincue par cette transposition. Qui ressemble à une production américaine (mais pas dans le bon sens du terme…). En regardant la bande-annonce, on découvre une maison d’architecte ultra moderne et une atmosphère de thriller. A l’opposé de mon ressenti à la lecture du roman…

Dans le forêt, Jean Hegland, Editions Gallmeister, 304 pages, 23,50 €.

Enregistrer

Enregistrer