Contre Amazon

uN MANIFESTE DE jORGE cARRION

Harcelée par les injonctions à participer au « black friday » et à quelques jours de la course aux cadeaux de Noël, je ne peux pas m’empêcher de vous recommander la lecture d’un livre : Contre Amazon, manifeste de Jorge Carrión, publié aux Éditions Le nouvel Attila ! Je vous avais déjà expliqué dans un post pourquoi et comment je boycottais Amazon. Cet essai appuie avec des arguments imparables pourquoi il faut arrêter de consommer via ce géant sans principes !

Contre Amazon manifeste de Jorge Carrion

J’ai découvert ce manifeste dans ma librairie indépendante préférée, Le Vent Délire à Capbreton pour ne pas la citer. Oui je défends la librairie indépendante contre la vente en ligne. Et Amazon représente selon moi la pire des alternatives de la vente en ligne. D’abord parce que les frais de port gratuit constitue un contournement de la loi sur le prix unique du livre en France et représente donc une concurrence déloyale. Ensuite parce que ce géant de l’Internet est loin d’être libraire. Si on ajoute à cela que la société de Jeff Bezos s’arrange pour payer le moins d’impôts possible… Et a été maintes fois accusée par des employés de cadences de travail infernales et de contrats précaires, vous l’avez compris je ne suis pas une adepte de ce supermarché en ligne !

J’étais déjà convaincue. Mais pour appuyer mon propos, j’ai eu envie de lire cet essai de Jorge Carrión, romancier et critique espagnol, spécialiste mondial des librairies. Dans ce livret de 32 pages qui vaut la modique somme de 3 €, l’auteur expose les 7 raisons pour lesquelles il est contre Amazon.

Contre Amazon 1 manifeste 7 raisons

Un manifeste 7 raisons

1- Parce qu’il refuse de cautionner une expropriation symbolique. Oui la société de Jeff Bezos tue le petits commerce et les centre-villes dans le monde entier.
[Nota Bene] Ne manquez pas de lire la démonstration du député et ancien secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi dans son enquête intitulée  » Amazon : Vers l’infini et Pôle emploi ! ».

2- Parce que nous sommes tous des cyborgs mais pas des robots. Vissés à nos téléphones portables, nous sommes des cyborgs humains. Toutefois nous ne sommes pas obligés de cautionner le travail de robot que la société impose à ses employés ni à nier le facteur humain dans le travail comme dans la rapport commercial.

3- Parce qu’il refuse l’hypocrisie. Celle d’une société manipulatrice qui vent des livres négationnistes, nazis ou pro pédophiles au nom de la liberté… Tandis qu’elle censure des auteurs ou des éditeurs qui osent critiquer son modèle…

4- Parce qu’il ne veut pas être complice… De ce nouvel empire qui n’emploie aucun libraire au profit de la rapidité. Chez Amazon le libraire est un algorithme. Il ne veut pas non plus être complice d’un empire qui fait la promotion d’un accès illimité à l’information tandis qu’elle fait signer des clauses de confidentialités à ses employés et élabore des stratégies pour ne pas payer d’impôts dans les pays où il s’installe.

5- Parce qu’il ne veut pas être espionné durant sa lecture. Comme c’est le cas avec la plateforme Kindle qui sait tout de vos lectures. L’auteur nous invite à ne pas nous méprendre sur la campagne mondiale Kindle reading fund soi disant pour promouvoir la lecture dans les pays pauvres alors qu’il s’agit en fait de former la nouvelle génération à lire sur écran pour les étudier et obtenir des données…

6- Parce qu’il défend la lenteur accélérée, la proximité relative. Le temps de désirer un livre, d’aller dans une librairie le trouver, le feuilleter, hésiter, l’acheter ou pas, le lire ou pas.

7- Parce qu’il n’est pas naïf. Jorge Carrion achète des livres en ligne sur un site racheté par Amazon, fait des recherches google et utilise facebook, les « 3 ténors de la globalisation ». Mais il croit à une résistance minime et nécessaire.

7 bonnes raisons de lire contre amazon

Alors je ne vais pas vous résumer les 32 pages d’arguments de Jorge Carrion. Ce serait réduire leur portée. Je vais vous donner 7 bonnes raisons de lire ce livre !
1- C’est votre devoir de vous informer sur votre pouvoir d’achat et le manifeste de l’auteur est truffé d’exemples sur les conséquences destructrices du système. Il décortique ce qui se cache derrière la simplicité et la rapidité : le monopole, la domination, l’exploitation, l’asservissement, l’uniformisation et le contrôle.
2- L’auteur argumente son propos en remontant aux racines de la société motivée déjà par l’intérêt du profit.
3- L’auteur ne se place pas du seul point de vue du lecteur mais également de celui de l’éditeur et du travailleur.
4- L’auteur est sincère : il convient qu’il participe parfois au système. Cela n’empêche de rester conscient et de résister dans la mesure du possible.
5- Son auteur, un amoureux du livre, nous rappelle très justement le caractère sacré du livre papier, de l’objet au désir en passant par la lecture. Une expérience qui participe au plaisir de la lecture.
6- Contre Amazon est un manifeste humaniste d’un point de vue économique, social, littéraire et politique !
7- Il est primordial de replacer un acte d’achat qui vous semble facile et insignifiant comme adhésion à un système dévastateur !

Contre Amazon de Jorge Carrion 4eme de couverture

Par un spécialiste des librairies

Romancier et critique espagnol, Jorge Carrión est un spécialiste mondial des librairies, auxquelles il a consacré une monographie, Librairies, Itinéraire d’une passion (Seuil, 2016). Directeur du master en création littéraire de Barcelone, et de la revue Quimera, il a vécu en Argentine et aux États-Unis.

Ce texte traduit de l’espagnol par Mickaël Gomez Guthart est publié aux éditions Le Nouvel Attila. Il a été diffusé en avant-première aux Rencontres nationales de la Librairie, en partenariat avec le SLF, le 1er juillet à Marseille. Mais il avait d’abord été publié en ligne par un magazine espagnol en 2017 puis en anglais dans une traduction de Peter Bush : en format numérique sur le site Literary Hub, et en format papier offert par l’éditeur canadien Biblioasis à 300 libraires et journalistes. Le manifeste a suscité un tel écho que l’éditeur Dan Wells à fini par envoyer 3 000 exemplaires à des professionnels du monde entier !

L’éditeur qui met du sang dans son vin

Un texte qui interpelle, qui fait mouche. Et dont nous devons la publication française à l’éditeur Le Nouvel Attila, « L’éditeur qui met du sang dans son vin » ! Nées en 2007, les éditions Attila se sont scindées en 2013 en 2 structures Le Nouvel Attila et Le Tripode. La spécificité du Nouvel Attila ? « De la littérature étrange et étrangère, avec une préférence pour les genres hybrides et les mauvaises herbes littéraires ». C’est le cas encore avec le manifeste de Jorge Carrión. Contre Amazon, livret de 32 pages imprimé sur un beau papier bleu turquoise et dans une typo bleu marine pour la modique somme de 3 €. Achetez-le, lisez-le, offrez-le !

Contre Amazon, de Jorge Carrión, Éditions Le Nouvel Attila, 3 €.

en complément

Le rapport d’Olivia LaVecchia et de Stacy Mitchell de l’institut de recherche américain ILSR (Institute for Local Self-Reliance) : Amazon, cette inexorable machine de guerre qui étrangle la concurrence, dégrade le travail et menace nos centres-villes. Le SLF, syndicat de la librairie française propose une synthèse et une traduction de ce rapport américain. Un vrai texte d’horreur car il décortique dans le détail l’invasion et la domination d’Amazon dans tous les domaines…

Que faire des Cons ?, de Maxime Rovere

Essai Pour ne pas en rester un soi-même

Aujourd’hui je vous recommande la lecture d’un essai philosophique écrit par Maxime Rovere : Que faire des cons ?, publié chez Flammarion cette année. Ayant pour sous-titre « pour ne pas en rester un soi-même ». Un livre, deux effets. Bref, une lecture très utile par les temps qui courent. Drôle et intelligente !

Les cons, un sujet universel

Le titre du livre est clairement incitatif. Quelques mots de l’auteur en interview ont fini de me donner envie de me plonger dedans.
Les cons, un fléau universel qui traverse les époques et donc nous souffrons tous. Avouez qu’en vous énonçant le titre du livre, vous ressentez un intérêt non négligeable pour le sujet car comme disais Frédéric Dard, un autre grand philosophe, dans les pensées de San Antonio :  » Le règne du con est arrivé depuis si longtemps qu’il ne cessera qu’avec l’espèce. « 

Comme l’explique l’auteur dans son préambule, les philosophes se sont plus attardés sur l’intelligence et moins sur la bêtise. Pourtant l’opinion, les préjugés, l’orgueil, la superstition, l’intolérance, les passions, le dogmatisme, le pédantisme, le nihilisme sont bel et bien là traversant les époques. Les cons s’obstinent et pour vivre avec l’un d’eux en colocation, l’auteur a eu envie de trouver une solution pour vivre avec. Mais aussi pour ne pas en devenir un ou en rester un. Car vous l’avez certainement expérimenté mais face à un con, nous avons tendance perdre notre capacité d’analyse, adopter son langage, entrer dans son jeu, bref à devenir con…

théorie de la relativité du con

Avant de d’esquisser son raisonnement et des solutions, Maxime Rovere précise la relativité de la notion de connerie : on est tous le con de quelqu’un et chacun a son con. En fait, dès que nous avons un problème avec un con, c’est que nous en sommes un. Chacun a ses limites… Et je ne vous juge pas en acceptant ce principe de Maxime Rovere. J’admets ma propre connerie…
Et afin de ne pas rester trop con, j’ai eu envie de tenter la proposition de l’auteur : lire ce livre non pas je cite pour devenir meilleure que les cons mais devenir meilleure que moi-même !

Un Fléau endémique

Dans le même état d’esprit, le philosophe s’interdit de dresser une définition, une typologie des cons, les formes de la connerie étant en nombre infini, ce recensement serait un peu con. Il préfère s’intéresser à la grande question : pourquoi les cons nous submergent et finissent par répandre leur connerie en nous ?
En 200 pages, l’auteur tente de répondre à ces questions existentielles : comment on tombe dans les filets des cons, comment se remettre de sa stupeur, comment l’impuissance engendre le devoir, comment écouter un con, pourquoi la menace est une forme de soumission, pourquoi les cons gouvernent, se multiplient et gagnent toujours ? Plus qu’un livre de développement personnel, cet ouvrage représente un essai philosophique passionnant, une vision systémique du con et des moyens de les appréhender. Maxime Rovere, écrivain et historien de la philosophie, professeur, est l’un des spécialistes de Spinoza. Il a d’ailleurs publié chez Flammarion en 2017 Le clan Spinoza.

la philo pour les nuls

Je ne vais pas me permettre de vous donner des clefs dans cette chronique. Vous comprendrez qu’il est bien impossible (voire con) de résumer ou interpréter les 200 pages passionnantes de ce philosophe, en quelques lignes. Je peux en revanche vous recommander sa lecture. D’abord, inutile d’être diplômé en philosophie pour l’aborder, l’auteur utilise un langage simple et explique parfaitement les concepts. Ensuite, ce livre n’est pas l’œuvre d’un intellectuel prétentieux. C’est vrai que le titre, un jugement en soi, pouvait faire craindre la leçon d’un être qui se prétend supérieur. Sauf que Maxime Rovere nous éclaire sur toutes les conneries, celle des autres, la sienne et la notre avec humour, humilité et bienveillance.

Son essai permet de prendre le recul nécessaire pour activer un détecteur de cons et nous apprendre à nous en défaire. Retrouver une certaine liberté, hauteur face à ce phénomène qui ronge l’humanité depuis des siècles. Les cons existeront toujours. Nous ne sommes pas obligés d’en faire partie !

Prendre de la hauteur

Je ne vous dis pas qu’après la lecture du livre, je suis devenue définitivement intelligente (ce serait un peu con). Mais j’y ai trouvé quelques clefs, ouvert quelques portes vers une plus grande sérénité, une certaine liberté. J’y travaille. Dans la vie, les années passant, deux options se profilent en général : devenir plus sage, prendre de la hauteur ou rester coincé dans ses principes et des mécanismes d’autodéfense ou de réactions très cons. Comme j’essaye depuis quelques années déjà la première solution, j’admets que ce livre est très utile. Et je le garde précieusement, pour en relire des chapitres, comme des piqûres de rappel anti-connerie. Je précise que je ne l’offrirai pas à quelques cons pour les aider. Car comme le dit l’auteur : « Renoncez aux jeux de langage, ils ne veulent pas comprendre ». Je suis déjà devenue un peu moins con, non ? Merci Maxime Rovere !

Que faire des Cons ? Pour ne pas en rester un soi-même, de Maxime Rovere, Editions Flammarion, 210 pages, 12 €.

Le Livre du Lykke, de Meik Wiking

(à prononcer Lu-Keu)

Mes lectures oscillent entre romans noirs torturés et livres que l’on pourrait classer de manière très péjorative dans le rayon Développement personnel. Ces 2 types de lectures a priori antinomiques sont au contraire tout à fait cohérentes : je me rassure avec les aventures d’être tordus ou névrosés qui me démontrent que je ne suis pas si paumée. Et j’essaye de moins l’être avec des essais au contenu positif. C’est dans le cadre de ma quête de sérénité que je me suis plongée dans les 285 pages du Livre du Lykke (à prononcer Lu-Keu selon l’indication de l’éditeur français). Tour du monde du bonheur de Meik Wiking publié dans la collection L’optimiste chez First Éditions. Une révélation !

le livre du Lykke, livre feel good

Voyage chez les cultivateurs du bonheur

Lykke signifie bonheur en Danois. Son auteur Meik Wiking est le directeur de l’Institut de recherche sur le bonheur de Copenhague au Danemark. Cet institut très sérieux effectue des recherches pour mesurer, comprendre et créer du bonheur. Meik Wiking a déjà publié en 2016 le livre du Hygge (prononcez houga) où il questionnait les habitudes qui font le bonheur des Danois. Surtout, il livrait les secrets de cet art de vivre célèbre dans le monde entier. Après en avoir vendu 50 000 exemplaires et été traduit dans 33 pays, ce spécialiste du bonheur revient avec un tour du monde des gens heureux. Car si le Danemark est certainement le pays où il fait bon vivre et où ses habitants cultivent le plus le bonheur, d’autres populations, communautés ont développé des moyens d’être heureux. Et ce voyage est tout simplement passionnant, inspirant, émouvant.

D’abord parce que l’auteur, contrairement à la majorité des livres de développement personnel, ne claironne aucune injonction. Pas de  » arrêtez de fumer, de crier, de manger, de vous énerver ». Pas de  » positivez, inspirez, méditez  » ! Le Danois présente les dénominateurs communs du bonheur à travers des expériences de vie dans le monde entier et classés en 6 thématiques : être ensemble, l’argent, la santé, la liberté, la confiance et la bonté. Il explique que dans un rapport mondial sur le bonheur, 4 points séparent les pays les plus heureux des pays les moins heureux. Et 3 de ces points s’expliquent par ces 6 facteurs. L’auteur propose donc une sorte de carte au trésor du bonheur. Une présentation des causes et effets du bonheur pour améliorer sa qualité de vie.

Le bonheur, ça se mesure ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, Meik Viking a la bonne idée de répondre à une question pertinente : comment mesurer le bonheur ? Contrairement à une idée reçue le Pib par habitant n’est pas un miroir de la qualité de vie et donc du bonheur. Le Pib est un critère objectif alors que le bonheur reste subjectif. Alors comment déterminer, évaluer cet état si subjectif ? Il s’agit de mesurer le ressenti de chaque individu en comprenant le pourquoi de ce ressenti. Il existe plusieurs dimensions dans le bonheur : la dimension affective, c’est à dire l’émotion à l’instant T, notre quotidien. La dimension cognitive, c’est notre état de bonheur en général avec du recul. Et il existe une troisième dimension appelée eudémonie qui se base sur la perception du bonheur selon Aristote : une bonne vie est une vie qui a du sens et un but. Évidemment, ces 3 dimensions sont liées. Et l’Institut de recherche sur le bonheur étudie des sujets sur le long terme à travers ces différentes dimensions.

Être ensemble

Meik Viking démarre avec le premier pilier qui permet d’accéder au bonheur : être ensemble. C’est-à-dire le renforcement des liens, le sentiment de communauté. Les gens plus heureux ont un fort sens de la communauté, ils ont quelqu’un sur qui compter. Notamment, l’auteur cite l’exemple des Bo Faellesskabdes, communautés d’habitations indépendantes où chacun a sa maison mais propose en commun un jardin, une cuisine, une salle à manger. Ces communautés se sont multipliées à hauteur de 20 % ces 6 dernières années. Et elles n’existent plus seulement dans les pays nordiques mais aussi au Canada, en Australie, au Japon, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume Uni. Un mode de vie génial pour les enfants et les personnes âgées car il renforce le lien social et l’entraide. En bref, ça fait du bien a tout le monde et ça simplifie la logistique du quotidien !

L’argent ne fait pas le bonheur mais un peu quand même

Dans le chapitre sur l’argent, on imagine bien que selon le dicton, l’argent ne fait pas le bonheur. Mais ce n’est pas si simple. Car il y a une corrélation entre revenus et bonheur. Le problème se pose autrement. Epitecte, le philosophe stoïcien de la Grèce antique disait : « la richesse n’est pas de posséder beaucoup mais de désirer peu ». Dans cet ordre d’idée, L’auteur nous rapporte l’expérience de Michele Mac Gath, journaliste anglaise qui a passé une année sans dépenser une livre. Elle raconte dans son livre L’année sans achats qu’en dépensant moins elle a vécu plus. Elle est devenue plus aventureuse et plus heureuse.

L’auteur prend également en exemple la loi de Jante qui existe au Danemark mais également dans d’autres pays nordiques : cette loi qui signifie que « Tu n’es pas mieux que nous » est issue d’un roman écrit en 1933 par le Dano-norvégien Aksel Sandemose. Roman qui célèbre la critique de ceux qui ayant un statut social élevé se croient meilleurs. Concrètement, cette loi a pour objet de freiner la consommation ostentatoire avec par exemple une taxe voiture de 150 %. Cette loi réprime l’exposition de la richesse qui se révèlerait négative. Mais en y réfléchissant, il n’est pas tant question d’argent mais plutôt d’humilité. Finalement, rien ne vous empêche d’être riche si cette caractéristique ne conditionne pas votre manière de vivre et votre bonheur.

le livre du lykke, chronique

 

Ajoutez une pincée de santé, liberté, confiance et bonté…

Après le vivre ensemble, l’agent, l’auteur rapporte d’autres expériences à travers le monde qui expliquent les facteurs du bonheur dans le domaine de la santé, la liberté, la confiance et la bonté. Impossible de vous en donner un aperçu sans trahir la richesse du livre. Car à travers ces thématiques, il traite également de l’éducation, de la famille, du travail, de l’égalité entre les hommes et les femmes. Une véritable étude complète et sans frontière qui se conclue par un dernier chapitre : Assembler les pièces. Car toutes ces thématiques sont dépendantes les unes des autres pour augmenter sa qualité de vie.

Source d’inspiration

Le Livre du Lykke va bien au-delà du développement personnel. Toujours positif et sans juger, Meik Wiking a écrit une étude globale de modes de vie rayonnants. Des styles de vie dans l’ère du temps qui aspirent à la fois à plus de simplicité (modes de consommation, rythme de vie) et plus de richesse (empathie, partage, ouverture d’esprit). Mais l’intérêt du livre réside dans la multiplicité des démarches et de leur efficacité. À chaque lecteur de s’inspirer d’une expérience ou d’une idée pour l’adapter à son envie, ses moyens, sa réalité. Surtout ce livre permet de ne pas (trop) céder à la peur ou au cynisme face à notre monde anxiogène. Une fois la dernière page tournée, je n’ai pas fait mon paquetage pour aller vivre dans une communauté. Mais les bouffées d’oxygène et d’inspiration ressenties tout au long de la lecture m’accompagnent aujourd’hui dans mon quotidien. Et ça fait du bien.

Le Livre du Lykke, de Meik Wiking, 288 pages, 14,95 €, First Editions.

Vous pouvez être ce que vous voulez être

Guide de Paul Arden, Editions Phaidon

Vous pouvez être ce que vous voulez être. Ce n’est pas moi qui le dit mais Paul Arden. J’ai reçu en cadeau ce livre (merci Justine !). Une excellente idée car j’adore recevoir des livres. Ce sont des beaux objets. Et souvent, je suis surprise par un titre que je n’aurai pas choisi. C’est le cas avec celui-ci ! Ce livre est un beau cadeau d’abord parce que c’est un beau livre publié par les éditions Phaidon. Cette maison d’édition de livres d’art, beaux livres et livres jeunesse, fondée à Vienne et désormais basée à Londres, propose certains de ses titres en Français. Comme Vous pouvez être ce que vous voulez.

Vous pouvez être ce que vous lauez de Paul Arden chronique

Un beau livre

Dans un format semi poche, C’est un beau livre : il présente une très belle couverture blanche avec la typo du titre et de l’auteur noire et dorée. Sobre, élégant. Sur la couverture, l’éditeur indique également que c’est le livre le plus vendu au monde. Argument marketing ? Car je n’ai pas trouvé de chiffres de vente pour confirmer cette affirmation. Le livre représente toutefois ce que l’on peut appelé un succès d’édition : la première édition française date de 2004 et il a été plusieurs fois réinprimé. Et ce, tous les ans depuis 2004 ! La conception graphique au fil des pages est très séduisante aussi. Beaucoup de photos d’archives, d’illustrations, une maquette aérée et variée… C’est vraiment un livre très agréable à feuilleter.

Un livre inclassable

Pour ce qui est du contenu, Vous pouvez être ce que vous voulez être m’a largement séduite. Par le concept déjà. Contrairement à ce que peut indiquer le titre, ce n’est pas vraiment un livre à classer dans le rayon développement personnel. C’est un livre inclassable en fait. Selon la quatrième de couverture, il est, je cite,  » un guide concis pour tirer le meilleur parti de soi-même, une bible de poche qui permettra aux timides talentueux de penser l’impensable et de rendre possible l’impossible. »

Concrètement, ça veut dire quoi ? L’auteur Paul Arden nous explique en 128 pages comment bien réussir professionnellement. Il pose les bases : l’énergie, la remise en cause, le partage, le courage, la clairvoyance, l’humilité, la persévérance… Le tout mêlé à un grain de folie, d’inconscience. L’auteur anglais entre dans le vif du sujet avec des situations concrètes et des conseils. Comment se mettre en valeur, comment bien se vendre, s’entourer, communiquer.

Lecture positive pour vie positive

Vous pouvez être ce que vous voulez être représente donc une sorte de guide pour bien réussir, des plus timides aux moins confiants. Ils démarrent d’ailleurs par cette phrase :  » La plupart des gens riches et puissants ne sont pas particulièrement doués, sympathiques, cultivés ou beaux. Ils deviennent riches et puissants parce qu’ils veulent être riches et puissants. «  Je rejoins assez l’auteur à propos de cette considération. C’est là que vous vous dites : ce livre n’est pas pour moi, je n’ai pas du tout pour l’intention de devenir ambitieux et puissant. Je vous rassure, moi non plus. Pourtant ce livre m’a intéressée car il dégage une énergie positive.

Vous pouvez être ce que vous voulez de Paul Arden, un guide inspirant.

Je vous autorise – tout comme moi – à faire l’impasse des passages très professionnels (sauf si vous bossez dans la pub ou le commerce). Sautez des pages (droit n°2 du lecteur selon Daniel Pennac) pour vous concentrer sur de bons conseils de vie, des suggestions hygiéniques en quelque sorte. On a tous la tête dans le guidon du boulot, de la famille, de la vie quotidienne. On court à droite, à gauche. Et parfois on se sent oppressé, on se prend la tête, on a eu mal à passer une épreuve. Ce livre a le mérite de nous aider à remettre les choses en perspective, à nous remettre en cause. Sa lecture agréable permet – en douceur – de sortir des automatismes qui souvent nous freinent, nous bloquent ou nous font souffrir.

Source d’inspiration

C’est en plus un livre inspirant car tout au long des pages, les photos, les illustrations, les citations d’auteurs, hommes politiques ou entrepreneurs inspirent l’envie, provoque l’impulsion. Lire un bon mot, voir une belle image, méditer une pensée juste… Cela suffit parfois pour nous permettre de rebondir ou provoquer au moins un souffle. L’auteur utilise plusieurs langages pour faire passer son message. Et cela fonctionne ! Ces différents médias rendent la lecture attrayante et facilitent l’intégration des idées.

Expérience d’un créateur génial

Son auteur Paul arden est né en 1948 et décédé en 2008. Il a œuvré pendant presque 20 ans dans la pub avant de devenir directeur de création. Et de compter à son actif des campagnes pub réussies en Angleterre comme celle de British Airways, Fuji, ou des slogans mémorables pour Toyota ou le journal The Independant. Il a ensuite fondé une société de production cinématographique à Londres. L’un de ses collègues publicitaires Roger Kennedy a dit de lui :  » Brillant, féroce, charmant, coléreux, totalement imprévisible, c’est un original au dynamisme et à l’énergie hors du commun, un créateur génial doué d’un rare bon sens et d’un sens commun, disons hors du commum.  » C’est exactement ce que j’ai ressenti à la lecture ! Si vous avez besoin de dynamisme, d’énergie, de bons sens, foncez le lire !

Vous pouvez être ce que vous voulez être, de Paul Arden, 128 pages, 9,95 €, Editions Phaidon.