Se promener pour rêvasser…

Se promener, rêvasser… C’est bon pour la santé !

Tous les jours, je me promène. Je travaille, j’ai trois enfants, une vie bien remplie. Mais tous les jours, je me promène. Car j’ai un chien. Et je ne vous parle pas de lui faire le tour du pâté de maison. Tous les jours, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il fasse 40°C, je l’emmène se promener en forêt, à la plage ou autour d’un lac. Et ce n’est pas une contrainte mais un plaisir. J’adore marcher. Je m’émerveille de la beauté de la nature et des paysages différents au quotidien.

Se promener, rêvasser, en forêt, sur la plage, avec son chien, un husky sibérien.

Jamais sans mon chien !

Quand je dis que ce n’est pas une contrainte de promener le chien, c’est que, grâce à lui, je prends du plaisir. Quand je n’avais plus de chien, pendant quelques années, j’ai arrêté d’aller me promener… Et ça me manquait. J’ai parfois essayé de me promener seule mais c’était moins plaisant. Le problème ? C’est assez complexe. Je crois que je suis assez pragmatique (trop ?) en fait : j’ai besoin que les actions soient utiles… Et des difficultés à prendre du temps seulement pour moi. Donc aller en forêt pour sortir le chien : cool. Aller en forêt seule : bof…

La promenade du chien : bonne pour lui ou pour moi ?

J’ai poursuivi l’analyse (je suis une fille…) et je me suis dit que ce qui me procurait du plaisir, c’était la marche, la communion avec la nature… Mais aussi faire plaisir à mon chien ! Et c’est vrai que faire plaisir aux autres est une source de satisfaction pour moi. J’ai cru que le terme pour définir cette manière de faire était l’altruisme. Mais en vérifiant, j’ai trouvé que l’altruisme était l’attitude qui consistait à faire le bien pour autrui de manière désintéressée. Or, la balade du chien me fait aussi du bien, donc ce n’est pas ça.

En poursuivant mes fouilles sur le net, j’ai trouvé ensuite que cela signifiait que j’étais assujettie… Mince, je pensais pas être autant névrosée… Peut-être vis-à-vis des autres alors… Mais ce n’est pas le sujet ! Je vais donc gentiment refouler cette pensée et revenir à nos moutons, enfin à mon chien. Et nos ballades. En fait, je crois que j’ai compris. Ce n’est pas moi qui sort le chien mais lui qui me promène !

Je me promène donc je suis

Et ces promenades par tous les temps, y compris sous la pluie me procurent un bonheur incroyable. En lisant le magazine Flow de novembre 2016, j’ai compris pourquoi. Bien sûr, l’activité physique, le grand air, la communion avec la nature jouent leurs rôles dans mon plaisir. Mais pas seulement !

article dans Flow, la revue, le magazine, édité chez Prisma presse en novembre 2015.

Dans l’excellent article de Daniel Levitin, intitulé Rêvasser, c’est bon pour la santé, le spécialiste des neurosciences et professeur de psychologie cognitive, nous démontre comment prendre du temps pour laisser divaguer notre esprit reste le meiller moyen de reposer notre cerveau. Face à la masse d’informations qui nous arrivent par les réseaux sociaux, les mails, les médias. Face au rythme frénétique de notre quotidien de travailleurs, parents, amis, on demande à notre cerveau de gérer de multiples tâches à la fois. On l’épuise… Or, il a besoin de faire des breaks. Et le meilleur moyen de le reposer, c’est le mettre en veille en rêvassant : « Rêver éveillé fonctionne comme une sorte de bouton de redémarrage des neurones. Cela rafraîchit le cerveau. »

Article sur les bienfaits du rêve éveillé ou rêvasser dans Flow, revue, magazine édité chez Prisma Presse en novembre 2016.

Passer en mode « par défaut »

Et pour mettre notre cerveau en pause, c’est-à-dire laisser nos pensées s’égarer sans contrôle, le professeur propose plusieurs méthodes : la méditation, la pratique d’un sport, la lecture (d’un roman et non du journal trop plein d’infos) et… La promenade ! Et voilà pourquoi ces promenades avec mon chien me font tant de bien. En marchant seule, sans enfant, le téléphone en mode silencieux, je laisse complètement mes pensées divaguer. Je passe en mode « par défaut ».Un retour à l’essentiel, un état plus naturel, moins artificiel. Je fais une pause. Et c’est bon pour la santé ! Alors merci le chien 😉

 

 

Enregistrer

Noël en famille… Ou pas !

Cette année, pour la première fois de ma vie (j’ai 42 ans), je ne passerai pas Noël en famille. Enfin si. Mais pas celle que vous croyez. Je m’explique.

Un noël sans famille ?

Mes 3 enfants sont chez leurs papas (papa est au pluriel car il y en a 2… Seulement 2 :)). Et c’est très bien comme ça. Ils ont un papa, ils l’aiment. Il est normal qu’ils passent un Nöel sur deux avec lui ! Je suis un peu triste de ne pas être avec eux mais ils sont heureux d’aller chez leur père. Alors ça va.

Mes parents m’ont invité à les rejoindre pour passer le réveillon avec mon frère, ma belle-sœur et leurs enfants. Mais c’est à 5 heures de route et je ne sentais pas de faire le trajet aller-retour toute seule (oui je sais il y a blablacar mais par seule je veux dire sans compagnie connue). Je crois que même si je me réjouis que mes enfants profitent de ces fêtes avec leur papa et donc pas avec moi, j’angoissais quand même de ressentir une légère amertume en passant ce moment avec mes neveux et nièce sans les miens… Bref je reste chez moi !

Et du coup, je me suis incrustée chez une de mes meilleures amies qui le passe avec son mari et ses deux filles. Se joignent à nous deux autres amis sans famille ce soir là pour diverses raisons logistico-familiales.

2 familles, 2 Noël

C’est donc la première fois que je passe les traditionnelles fêtes familiales de Noël… sans ma famille. Sans mes parents ou oncles et tantes, ou cousins-cousines ou… mes enfants. Dans ma famille, on est très famille. Et moi, je le suis aussi beaucoup. On s’aime, on se voit. Pas assez souvent parfois à cause de la distance. Un cousin que j’adore a dit une fois : « on ne choisit pas sa famille mais si je devais la choisir, je choisirai celle-là ! ». C’est beau et c’est ce que je ressens aussi.

Je ne ferais pas Noël avec eux. Pourtant, je ne suis pas triste car je me réjouis de cette soirée avec mes amis. Je ne suis pas triste car je retrouve mes enfants, mes parents la semaine prochaine pour fêter Noël et le jour de l’an tous ensemble ! C’est vrai, pourquoi célébrer Noël absolument le 24 décembre ? Pourquoi ne pas le faire le 24 mais aussi le 26 ou le 30 ?

On se choisit une famille

J’ai réalisé que beaucoup de personnes passent Noël sans leur famille au sens filial du terme. Cela ne va peut-être pas les empêcher de passer une bonne soirée. J’ai réfléchi que j’avais deux familles.
La famille de sang, que je n’ai pas choisie, que j’adore et que j’ai toujours plaisir à retrouver.
La famille d’amour, celle que j’ai choisi, mes ami(e)s. Celle que j’adore autant, que j’ai plaisir à retrouver, celle en qui je peux toujours compter. Les situations familiales et filiales évoluent avec le temps, les séparations, les configurations professionnelles… Il n’y a plus un modèle. Il y en a autant que nos envies et nos sentiments !

Bref, je suis plutôt gâtée par la vie. Alors même si je ne suis pas avec eux ce soir, je pense fort à eux. Et je pense aux autres, à vous. J’espère que vous êtes aimés autant que moi. Par votre famille et/ou vos amis. J’espère que ce soir ou les autres jours, vous serez toujours entourés de quelqu’un qui vous aime.

Je ne suis pas triste mais je réfléchis peut-être un peu trop… Je vous laisse, je vais me faire belle pour mes amis ! Joyeux Noël 🙂