Contre Amazon

uN MANIFESTE DE jORGE cARRION

Harcelée par les injonctions à participer au « black friday » et à quelques jours de la course aux cadeaux de Noël, je ne peux pas m’empêcher de vous recommander la lecture d’un livre : Contre Amazon, manifeste de Jorge Carrión, publié aux Éditions Le nouvel Attila ! Je vous avais déjà expliqué dans un post pourquoi et comment je boycottais Amazon. Cet essai appuie avec des arguments imparables pourquoi il faut arrêter de consommer via ce géant sans principes !

Contre Amazon manifeste de Jorge Carrion

J’ai découvert ce manifeste dans ma librairie indépendante préférée, Le Vent Délire à Capbreton pour ne pas la citer. Oui je défends la librairie indépendante contre la vente en ligne. Et Amazon représente selon moi la pire des alternatives de la vente en ligne. D’abord parce que les frais de port gratuit constitue un contournement de la loi sur le prix unique du livre en France et représente donc une concurrence déloyale. Ensuite parce que ce géant de l’Internet est loin d’être libraire. Si on ajoute à cela que la société de Jeff Bezos s’arrange pour payer le moins d’impôts possible… Et a été maintes fois accusée par des employés de cadences de travail infernales et de contrats précaires, vous l’avez compris je ne suis pas une adepte de ce supermarché en ligne !

J’étais déjà convaincue. Mais pour appuyer mon propos, j’ai eu envie de lire cet essai de Jorge Carrión, romancier et critique espagnol, spécialiste mondial des librairies. Dans ce livret de 32 pages qui vaut la modique somme de 3 €, l’auteur expose les 7 raisons pour lesquelles il est contre Amazon.

Contre Amazon 1 manifeste 7 raisons

Un manifeste 7 raisons

1- Parce qu’il refuse de cautionner une expropriation symbolique. Oui la société de Jeff Bezos tue le petits commerce et les centre-villes dans le monde entier.
[Nota Bene] Ne manquez pas de lire la démonstration du député et ancien secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi dans son enquête intitulée  » Amazon : Vers l’infini et Pôle emploi ! ».

2- Parce que nous sommes tous des cyborgs mais pas des robots. Vissés à nos téléphones portables, nous sommes des cyborgs humains. Toutefois nous ne sommes pas obligés de cautionner le travail de robot que la société impose à ses employés ni à nier le facteur humain dans le travail comme dans la rapport commercial.

3- Parce qu’il refuse l’hypocrisie. Celle d’une société manipulatrice qui vent des livres négationnistes, nazis ou pro pédophiles au nom de la liberté… Tandis qu’elle censure des auteurs ou des éditeurs qui osent critiquer son modèle…

4- Parce qu’il ne veut pas être complice… De ce nouvel empire qui n’emploie aucun libraire au profit de la rapidité. Chez Amazon le libraire est un algorithme. Il ne veut pas non plus être complice d’un empire qui fait la promotion d’un accès illimité à l’information tandis qu’elle fait signer des clauses de confidentialités à ses employés et élabore des stratégies pour ne pas payer d’impôts dans les pays où il s’installe.

5- Parce qu’il ne veut pas être espionné durant sa lecture. Comme c’est le cas avec la plateforme Kindle qui sait tout de vos lectures. L’auteur nous invite à ne pas nous méprendre sur la campagne mondiale Kindle reading fund soi disant pour promouvoir la lecture dans les pays pauvres alors qu’il s’agit en fait de former la nouvelle génération à lire sur écran pour les étudier et obtenir des données…

6- Parce qu’il défend la lenteur accélérée, la proximité relative. Le temps de désirer un livre, d’aller dans une librairie le trouver, le feuilleter, hésiter, l’acheter ou pas, le lire ou pas.

7- Parce qu’il n’est pas naïf. Jorge Carrion achète des livres en ligne sur un site racheté par Amazon, fait des recherches google et utilise facebook, les « 3 ténors de la globalisation ». Mais il croit à une résistance minime et nécessaire.

7 bonnes raisons de lire contre amazon

Alors je ne vais pas vous résumer les 32 pages d’arguments de Jorge Carrion. Ce serait réduire leur portée. Je vais vous donner 7 bonnes raisons de lire ce livre !
1- C’est votre devoir de vous informer sur votre pouvoir d’achat et le manifeste de l’auteur est truffé d’exemples sur les conséquences destructrices du système. Il décortique ce qui se cache derrière la simplicité et la rapidité : le monopole, la domination, l’exploitation, l’asservissement, l’uniformisation et le contrôle.
2- L’auteur argumente son propos en remontant aux racines de la société motivée déjà par l’intérêt du profit.
3- L’auteur ne se place pas du seul point de vue du lecteur mais également de celui de l’éditeur et du travailleur.
4- L’auteur est sincère : il convient qu’il participe parfois au système. Cela n’empêche de rester conscient et de résister dans la mesure du possible.
5- Son auteur, un amoureux du livre, nous rappelle très justement le caractère sacré du livre papier, de l’objet au désir en passant par la lecture. Une expérience qui participe au plaisir de la lecture.
6- Contre Amazon est un manifeste humaniste d’un point de vue économique, social, littéraire et politique !
7- Il est primordial de replacer un acte d’achat qui vous semble facile et insignifiant comme adhésion à un système dévastateur !

Contre Amazon de Jorge Carrion 4eme de couverture

Par un spécialiste des librairies

Romancier et critique espagnol, Jorge Carrión est un spécialiste mondial des librairies, auxquelles il a consacré une monographie, Librairies, Itinéraire d’une passion (Seuil, 2016). Directeur du master en création littéraire de Barcelone, et de la revue Quimera, il a vécu en Argentine et aux États-Unis.

Ce texte traduit de l’espagnol par Mickaël Gomez Guthart est publié aux éditions Le Nouvel Attila. Il a été diffusé en avant-première aux Rencontres nationales de la Librairie, en partenariat avec le SLF, le 1er juillet à Marseille. Mais il avait d’abord été publié en ligne par un magazine espagnol en 2017 puis en anglais dans une traduction de Peter Bush : en format numérique sur le site Literary Hub, et en format papier offert par l’éditeur canadien Biblioasis à 300 libraires et journalistes. Le manifeste a suscité un tel écho que l’éditeur Dan Wells à fini par envoyer 3 000 exemplaires à des professionnels du monde entier !

L’éditeur qui met du sang dans son vin

Un texte qui interpelle, qui fait mouche. Et dont nous devons la publication française à l’éditeur Le Nouvel Attila, « L’éditeur qui met du sang dans son vin » ! Nées en 2007, les éditions Attila se sont scindées en 2013 en 2 structures Le Nouvel Attila et Le Tripode. La spécificité du Nouvel Attila ? « De la littérature étrange et étrangère, avec une préférence pour les genres hybrides et les mauvaises herbes littéraires ». C’est le cas encore avec le manifeste de Jorge Carrión. Contre Amazon, livret de 32 pages imprimé sur un beau papier bleu turquoise et dans une typo bleu marine pour la modique somme de 3 €. Achetez-le, lisez-le, offrez-le !

Contre Amazon, de Jorge Carrión, Éditions Le Nouvel Attila, 3 €.

en complément

Le rapport d’Olivia LaVecchia et de Stacy Mitchell de l’institut de recherche américain ILSR (Institute for Local Self-Reliance) : Amazon, cette inexorable machine de guerre qui étrangle la concurrence, dégrade le travail et menace nos centres-villes. Le SLF, syndicat de la librairie française propose une synthèse et une traduction de ce rapport américain. Un vrai texte d’horreur car il décortique dans le détail l’invasion et la domination d’Amazon dans tous les domaines…

Pourquoi je boycotte Amazon

Et quelles alternatives j’utilise !

À quelques jours de Noël, j’avais envie de rappeler pourquoi je boycotte les achats en ligne sur Amazon. Les raisons me semblent tellement évidentes que j’imagine gentiment que je ne suis pas la seule à exercer mon pourvoir de consommateur. Sauf que je croise encore beaucoup de personnes dans la vraie vie qui me racontent sans complexe leurs achats sur ce site… par facilité.

Dans la vie numérique, c’est encore pire ! Les influenceurs / influenceuses achètent sur Amazon et offrent à la plateforme une publicité gratuite en détaillant leurs achats sur Instagram… Ce matin encore, une jeune femme bordelaise suivie par 75 000 personnes sur son compte dédié au Bullet Journal a conseillé de passer par le fameux site pour acheter carnets et stylos… Puis il y a cette immense campagne de pub du site actuellement diffusée sur les écrans qui me hérisse le poil. La consommation, le moyen d’accéder au bonheur… Vraiment ? Enfin une étude vient de démontrer que suite aux manifestations des gilets jaunes, de nombreuses personnes comptent réaliser leurs achats de Noël en ligne cette année… Et je me dis qu’Amazon va bénéficier des effets de cette crise. Alors je sais que je ne vais pas changer la face du monde. Mais si ce billet a le mérite de convaincre quelques personnes…

Amazon, une librairie ?

Ayant eu le plaisir d’exercer le beau métier de libraire, j’ai assez subi la concurrence déloyale du géant de la vente en ligne. Une excellente raisonpour ne pas l’utiliser, y compris pour les achats autres que des livres. Concurrence déloyale ? Le prix du livre est unique en France suite à la loi Lang : c’est l’éditeur qui fixe le prix du livre. Le revendeur a une marge de manœuvre de 5 % sur ce tarif. Appliqué sur chaque livre pour les supermarchés de livres en général. Et cumulés via une carte de fidélité pour les libraires.  Amazon ne vend donc pas les livres moins chers qu’une librairie indépendante. Pourtant, depuis des années, le site a proposé la gratuité des frais de port. Et donc appliqué une remise détournée…

Amazon ne remplacera jamais une librairie indépendante
Photo glanée sur le net (je n’en ai plus !) de la librairie créée et gérée avec un associé en Charente-Maritime.

Monopole, exploitation et contournement des lois…

Le géant du commerce en ligne ne s’arrête pas là… De nombreuses enquêtes et reportages ont dénoncé les conditions de travail dans les entrepôts du site : cadences infernales, pression, salaires minimum. Maestro de l’optimisation fiscale, Amazon ne paye pas d’impôts en France comme dans d’autres pays du monde. Il ne participe pas non plus au financement d’infrastructures (comme les routes) qu’ils utilisent abondamment. Son service juridique (sûrement mieux rémunéré que le reste des « petits employés ») lui permet en outre de détourner ou contourner de nombreuses lois anti-trust.

À cette liste de reproches, faut-il vraiment que j’ajoute la collecte et l’analyse de vos données personnelles à chaque achat ou recherche ? Amazon nous prend tout mais ne donne rien. Si vous pensez que j’exagère ou que j’avance des accusations sans preuve, je vous invite à regarder le dernier documentaire en date « L’irrésistible ascension d’Amazon », réalisé par David Carr-Brown cette année et diffusé sur Arte mardi 11 décembre. C’est assez effarant…

Les alternatives au libéralisme

Pour les livres
En allant chez un libraire indépendant tout simplement ! Qui connait son métier, anime le territoire avec des rencontres, des lectures, propose des maisons d’éditions indépendantes et des ouvrages de fond. Bref, un vrai acteur et amoureux du livre. Et non un entrepôt animé par le seul profit…

Si vous n’en avez pas près de chez vous ou préférez les achats en ligne, il existe le site Librairiesindépendantes.com, portail de 700 librairies indépendantes en France pour la vente en ligne. Les libraires indépendants se sont également regroupés région et proposent des sites avec moteur de recherche et géolocalisation pour réserver un livre chez le librairie le plus proche. Le site ActuaLitté récence tous ces portails dans un article.

Pour les produits high tech
J’achète tout chez LDLC, site français basé à Lyon qui vend à prix compétitifs et paye ses impôts en France.

La papeterie
Quand je ne trouve pas un modèle de carnet ou une marque de feutres, de stylo dans ma papeterie, j’achète directement sur le site de la marque. C’est ce que j’ai fait pour mon bullet journal, un carnet Leuchtturm par exemple.

Pour le reste
Je fouille, je cherche et je trouve des alternatives ! Très souvent, cela me permettre de découvrir une marque ou une boutique plus respectueuse des individus ou de notre environnement. Oui c’est moins simple que 2 clics. À court terme sans doute. À long terme et dans la globalité de notre société, je pense que mon système est plus simple. Plus vertueux. Pour nous et nos enfants. Pour les cadeaux de Noël. Et toute l’année !

Une action efficace ?

Certains diront que mon boycott ne représente qu’une goutte d’eau dans la mer. À l’instar des gestes écolos individuels insignifiants face aux comportements dévastateurs des industriels. Je préfère croire que l’action est préférable à l’immobilisme. Que notre pouvoir de consommateur peut avoir un impact sur les géants du libéralisme. Vous connaissez la légende améridienne du colibri raconté par Pierre Rhabi car à l’origine du nom du mouvement qu’il a confondé ? Je fais ma part de Colibri ! Et vous ?